Category: Lina Boudreau

Pas très loin du théâtre du ciel se trouve une petite ville qui se nomme Unity. C’est dans le Unity College Community center que nous avons donné un concert hier soir.

Les sourires se promenaient en essaim, d’un visage à l’autre.

En chemin vers cette petite bourgade, la pauvreté frappait de plein fouet. Les maisons étaient souvent presque laissées à l’abandon : la peinture était écaillée, quelques fenêtres étaient placardées, de vielles autos gisaient dans les entrées, … On ne voyait que du vieux et du désolé. Même la forêt était en train de devenir chauve. La misère à l’oeuvre.

Ça m’a rappelé certaines parties pauvres du nord de la Gaspésie.

Dans tous les cas, tout ceux que nous avons rencontrés étaient avenants.

-.- -*- -.- -*- -.- -*- -.- -*- -.- -*- -.- -*- -.- -*- 

Nous partirons dans quelques instants en direction de Moncton, où nous passerons la nuit chez des amiEs de Lina (et oui, encore ceux-là!)

Tempête de ciel bleu, montagnes enneigées et routes invitantes ont constitué notre périple d’hier. Nous sommes partis de Montréal à 9h30 et arrivé au Skye Theater (Cartage, Maine) à 16h30.

Il y a de ces endroits qui en imposent, naturellement. Celui-ci, perché sur le haut d’une montagne, a l’air de rien. Une vielle ferme, à la devanture bleue avec certaines parties de la façade à la peinture défraîchie, a été convertie en salle de spectacle. Tout est en bois, ça respire l’humilité, ça respire l’humanité. On dit que les spectateurs proviennent d’un rayon de 40 km autour.

-*- -&- -*- -&- -*- -&- -*- -&- -*- -&- -*- -&-

Après le premier spectacle de ce périple des ADL (amis de Lina Boudreau), nous sommes allés prendre un bol d’air pur. En toute complicité, nous avons assisté à une séance d’improvisation du théâtre du ciel. La Voie Lactée se prélassait, des flocons dansaient et les étoiles filaient.

Le souffle gelait dans les airs
nous regardions vers le ciel, des étoiles défilant dans nos yeux
sourires…

——

Lina Boudreau, Parker Shper

Je serai guitariste de Lina Boudreau au Savoy du Métropolis ce soir. Lina interprétera les pièces de son album Noël Lounge. Accompagnés d’Yves Léveillé au piano et Mathieu Deschenaux à la contrebasse.

Merry Christmas baby [soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/29834465″]

C’est un rendez-vous ce soir 19h30

LE SAVOY DU MÉTROPOLIS

59, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec)
H2X 1K5
Téléphone : 514 844-3500

Dimanche matin, avant le déjeuner et avant d’aller faire un concert à Tracadie-Sheila avec Lina Boudreau et Yves Léveillé, je suis allé prendre quelques photos de Bouctouche et de quelques attraits qui s’offraient à l’oeil gourmand…

Hé oui! La Sagouine se terre à Bouctouche!

Bouctouche matin givré

Bouctouche les marcheurs d’hiver

Après un déjeuner dégusté non-loin d’autochtones authentiques, nous avons pris la route vers Tracadie-Sheila.

Lina Boudreau et la chorale la voix des jeunes (Spectacle Noël Lounge à Tracadie N.-B.)

Yves Léveillé, Théo Brideau et Lina Boudreau (Spectacle Noël Lounge à Tracadie N.-B.)

Lina Boudreau et la voix des jeunes (Spectacle Noël Lounge à Tracadie N.-B.)

Cine Atlantik Studios Tracadie-Sheila

– – – –

Bon.  Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi toutes les routes du Nouveau-Brunswick sont dans un état près du neuf, tandis qu’au Québec, les routes sont presque toujours en réparation et qu’en plus il y a un nombre incalculable de cônes qui décore allègrement le paysage? Me semble qu’y’a un problème!


Lors d’un balade à Shédiac pendant la tournée de Lina Boudreau, j’ai croisé cette sculpture que j’ai affectueusement baptisé Tacite le pêcheur.

Yves Léveillé et moi

Nous avons eu droit à la meilleure chaudrée de fruits de mer au monde! (Auberge Inn Gabrièle)

Voici le band : Jeff Richard (contrebasse), Lina Boudreau (voix), Christmas Yves Léveillé (piano) et Sylvain Picard (guitares)

Répertoire de la première partie…

Voici la superbe salle de spectacle où nous avons joué au Centre Culturel de Dieppe (La Caserne.) (Merci à Justin pour l’accueil chaleureux!)

Lundi matin, nous sommes rendus à Edmundston (et oui!) Le spectacle de Dieppe s’est bien déroulé. Nous avons eu le plaisir de partager la scène avec Musika Mundi, trio vocal d’hédonistes souriants.

Hier, nous avons pris la route tôt le matin pour nous rendre à Tracadie-Sheila. (Ville rendue célèbre à cause d’on sait qui.) Le long de la route, un givre étincelant abrillait les arbres. Nous sommes arrêtés à Bouctouche pour déjeuner. Dans le boui-boui où nous avons cassé la croûte, nous étions assis à côté d’hommes d’âge vénérable qui parlaient entre eux un shiac consommé. Je n’y comprenais rien pantoute. C’était très comique.

Repus, à Tracadie, Théo Brideau, un viloniste époustouflant s’est aussi joint à nous pour quelques pièces. Du plaisir, en bonne compagnie. (J’ajouterai des photos plus tard aujourd’hui.)

Nous avons pris la route en soirée et sommes arrivés à Edmundston vers 23h.

La tournée de Lina Boudreau sera clôturé par un concert au Savoy du Métropolis le 13 décembre.

D’ici-là, je t’invite à écouter la symphonie no. 25 de Wolfgang Amadeus Mozart mort à Vienne il y a 220 ans aujourd’hui.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=uGcFDYLr8Co]

Voici aussi sa messe en Do mineur

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=2PNDAPwSnJI]

Il n’y aura pas de pensée du vendredi aujourd’hui, seulement une musique Moanin‘ de Charles Mingus. Ça donne du mojo! Un plein d’énergie avant la fin de semaine, d’ailleurs je t’en souhaite une bonne. (Je passerai la mienne avec Lina Boudreau et Yves Léveillé au Nouveau-Brunswick.)

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=R36dxzbsU4g]

Je suis reconnaissant à beaucoup de gens qui ont croisé mon chemin pour l’année qui vient de se terminer. Il y a eu beaucoup de belles rencontres qui ont enrichi mon quotidien, mes réflexions, bref, mon paysage intérieur. Chacune de ces personnes a contribué à sa façon à une année riche en réalisations. Je me permets ici d’en relever quelques unes :

  • J’ai fait mes premiers concerts en solo ;
  • Le trio Sylvain Picard a fait cinq concerts au Upstairs ;
  • J’ai composé la musique de cinq jeux vidéos ;
  • Armé de ma guitare et de mes pédales, j’ai fait une séance d’improvisation sur court-métrage «live» pour une classe d’élèves à l’Université Concordia ;
  • J’ai donné une conférence sur le processus créatif de Pic et les Blancs de Mémoire (anciennement l’Ensemble Fleur de Lys) aussi à l’Université Concordia ;
  • J’ai pris un cours de guitare (et de cuisine!) avec Peter Bernstein ;
  • Le trio Sylvain Picard a enregistré en autoproduction Airs à Faire Frire un mini-album ;
  • Plusieurs collaborations avec chanteuses/eurs se sont développés dont Olivier Péloquin, Mlle O et d’autres ;
  • J’ai composé une dizaine de pièces pour voodoo jazz ;
  • J’ai eu le plaisir d’être le guitariste de Lina Boudreau lors de sa tournée de Noël. Ça a été extraordinaire !

Pour la prochaine année, je souhaite (pour reprendre les mots de Camille Laurin) «cheminer sur ma propre voie par la recherche, le dialogue, l’assomption du mystère humain dans son entier et faire l’apprentissage de la liberté.» Je t’en souhaite autant chère lectrice, cher lecteur. Ainsi que de l’humour, aussi malicieux soit-il, et de la santé!

[slideshow]

Voici quelques photos prises lors de notre passage à Moncton le 5 décembre.

En répétition à l’auberge Gabriel à Shédiac… Lina Boudreau aux cordes vocales, Yves Léveillé à l’ivoire, Jeff Richard à la contrebasse et moi à la guitare.

En spectacle à Halifax en trio avec Lina et Yves

En spectacle à Moncton (on peut y voir une boucle sur l’ampli de guitare) avec Roland Gauvin chanteur et compositeur au sein du groupe 1755 (l’équivalent acadien de Beau Dommage) et Brian Coughlan saxophoniste. (On peut voir les talents de séducteurs de Roland…)

Avec le homard géant de Shédiac : il mesure 10m et pèse 30 tonnes… J’étais pas mal fier de lui serrer la pince!

En spectacle à Bathurst

À l’étoile du havre gîte à Bathurst

Au Petit Champlain à Québec, à la Place des Arts à Montréal et à l’Église de Val David

———

Les endroits que j’ai adoré en voyage : le café Lotus Bleu à Edmunston et surtout la boulangerie Grains de Folie (Caraquet) et sa souriante boulangère… :)))

On quitte la ville en direction de Val David. Une fois la Porte du Nord passée, le soleil couchant pose ses éclaboussures de lumière orangée sur les montagnes enneigées. La lumière dans les chaumières nous paraît d’autant plus invitante.

Les maisons en bois colorées bordent la rue de l’Église. Un mini-zoo a été aménagé sur une rue transversale. Dans un premier enclos, il y a des lapins; dans un autre, poules et coq caquettent et dans le dernier un lama farouche et affolé est encerclé par des moutons, des canards, des chèvres et un âne. Quelques enfants jouent autour. Les parents prudents surveillent les doigts de leurs ouailles très enthousiastes à l’idée de nourir ces animaux. «Attention!»

—-

Ce spectacle, étant le dernier de la tournée, revêt une importance particulière. L’émotion est à son paroxysme. Lina pète le feu, Yves le vent est souriant, Rémi-Jean pétillant et moi heureux.

La foule, sans doute influencée comme le sont les enfants à la vue de la première neige, est des plus enthousiaste et participative. (Lire «y’en a qui avait pris un p’tit coup.»)

Halleluia (Leonard Cohen) La dernière pièce de la deuxième partie se termine par une magistrale cadence de Lina. Yves et moi venons lui prêter voix forte [sick!] pour la toute dernière note. Je te jure : cette dernière note était si belle que la peinture a décollé des murs… de mon coeur. Quelle façon appropriée de clôturer cette tournée!

Après avoir rangé les instruments (mes guitares dans leur étui, mon banjo dans le sien et ma voix dans sa gorge), je suis allé prendre une marche.

Délice! Les flocons virevoltent au rythme d’un temps suspendu; les maisons dorment; les gens rêvent; les dernières bûches brûlent dans l’âtre; la patinoire attend avec impatience les futurs joueurs du Canadiens.

Tout près de là, passait jadis le P’tit Train du Nord. Je me remémore ma seule visite sur ce sentier unique. C’est beau. Ce train me fait penser à nous, l’équipe de tournée qui a franchi en quelques deux semaines plus de 5000 kilomètres de route, fait sourire des centaines de spectateurs, partagé hauts et bas,  eu peur (Peur!) des conditions routières et de la conduite de notre ami, etc. Tout ça, par amour.

L’amour.