Tag: Nadia Boulanger

«On ne cherche la louange que dans l’exacte mesure où l’on n’est pas sûr d’avoir réussi. Celui qui est sûr ne cherche aucun assentiment, il sait.»

Citation tirée de Bruno Monsaigeon, Mademoiselle, entretiens avec Nadia Boulanger, Paris, Van de Velde, 1980

Igor Stravinsky et Nadia Boulanger

Nadia Boulanger et Igor Stravinsky ont eu une relation d’amitié durable. Mademoiselle a d’ailleurs corrigé quelques épreuves de Stravinsky… ce n’est pas rien.

Voici le sacre du printemps qui fête cette année son 100e anniversaire. L’oeuvre est dirigée par Igor Markevitch (qui a été élève de Nadia Boulanger.) À noter, il dirige l’orchestre sans partition, il savait donc la pièce par coeur…

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=aN_Kv4AXiZU]

Les amateurs de jazz reconnaîtront sans doute dans cette oeuvre l’influence des choix harmoniques et d’orchestration (vents) sur le langage musical de Gil Evans.

 

« J’ai dû insister sur la connaissance des bases essentielles. C’est-à-dire : entendre, regarder, écouter et voir. Et puis avoir un tel respect de soi-même que, sans aucune prétention, on attache de l’importance à être. Et je crois que si l’on n’attache pas de l’importance à être, on ne peut pas jouer bien, on ne peut pas penser bien, on ne peut pas vivre bien. »

Citation tirée de Bruno Monsaigeon, Mademoiselle, entretiens avec Nadia Boulanger, Paris, Van de Velde, 1980, p.26

« Le cours collectif est à mon avis important à plus d’un égard. Ne pas voir les élèves séparément serait un tort irréparable, mais d’autre part, leur donner ce sentiment collectif de penser ou de s’opposer, de savoir ce que les autres pensent, est humainement, sinon musicalement très nécessaire. Retrouver des gens, échanger des idées, communiquer sans perdre sa personnalité. »

ibid. p.23

Nadia Boulanger