Tag: Gilles Vigneault

Pic-et-les-blancs-de-mémoire

Salut!

Ce soir, ce sera la fête. Pic et les blancs de mémoire jazzeront le terroir. Ça serait pas mal chouette de t’y voir!

Voici, en guise d’avant-goût pour oreilles curieuses, ma pièce Montréal.

[bandcamp width=100% height=120 album=2370922827 size=medium bgcol=ffffff linkcol=0687f5 t=10]

L’admission de 25$ inclus une soirée festive en agréable compagnie et sangria, café et jus.

Réservations chaleureusement recommandées

Facebook

 

Plus on est de fous!
Sylvain

C’est un rendez-vous ce vendredi
27 septembre à 20h, à
l’Espace 64
64, rue Prince
Montréal, Qc H3C 1T4
(Métro Square-Victoria)

 

 

Pic et les blancs de mémoire jousent Noël

Salut, salut!

J’espère que ça va bien. Ici, dans les rues de Villeray, les honnêtes gens se promènent la langue sortie pour attraper des flocons et les yeux écarquillés pour éviter les flaques de slush…

Demain, jeudi 20 décembre, les huit heureux amnésiques de Pic et les blancs de mémoire présenteront un spectacle de Noël débridé. L’octuor se paiera la traite et fera la fête à quelques-unes de ces tounes qui décorent nos hivers depuis belle lurette. En plus de ce répertoire givré, nous jouerons aussi des pièces cuivrés de Vigneault, Charlebois, Desjardins, Karkwa et autres «gosseux» de chansons de par chez nous.

Ça sent la fête…

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=W8nO8fCmspM]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=tX3jXWtTkII] 

Pic et les blancs de mémoire sur 

[bandcamp album=2310800928  bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=venti]
[bandcamp album=443503011  bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=venti]

Pic et les blancs de mémoire jousent Noël - 4 déc Divan Orange, 20 déc. Labo

Salut, salut!

J’espère que ça va bien. Ici, dans les rues de Villeray, les honnêtes gens ont la langue sortie pour attraper des flocons…

Nous sommes très enthousiastes, les huit heureux amnésiques de Pic et les blancs de mémoire, à l’idée de présenter pas un, mais deux spectacles de Noël. L’octuor se paiera la traite et fera la fête à ces tounes qui décorent nos hivers depuis belle lurette. En plus de ce répertoire givré, nous jouerons aussi des pièces cuivrées de Vigneault, Charlebois, Desjardins, Karkwa et autres «gosseux» de chansons de par chez nous.

Ça sent la fête…

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=W8nO8fCmspM]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=tX3jXWtTkII] 

Pic et les blancs de mémoire sur 

[bandcamp album=2310800928  bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=venti]
[bandcamp album=443503011  bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=venti]

La situation politique Québécoise (les différentes commissions d’enquête en particulier) me font penser à cette pièce de Richard Desjardins.

La maison est ouverte
Ils versent un pauvre miel
sur leurs mots pourris.
Ils te parlent de pénurie
et sur ta faim, sur tes amis,
ils aiguisent leur appétit.

Leur haleine brûle l’air
comme la chaux
sur le pain.

La beauté que tu oses,
ils la saluent encore
d’un grognement de porc
fouillant dans l’auge.
Ils ont raison
comme des cadavres
et la vie les a coulés.

Ils ont tout
mais ne sont
que le ciment du havre.

Toi qui marches sur les tessons
du concert,
viens boire cette bouteille
pleine de clarté,
coulant comme un secret
sur les lèvres des amants.
Sous l’aile du huard
Le lac a calé.
C’est le moment.

Ce que tu trouves,
tu le gardes pour toi.
 » Ce qui n’est pas donné est perdu.  »
N’entends-tu pas battre ton coeur
dans le sourd tambour de la terre ?

Nous sommes les bêtes noires de l’ennui.
C’est toi mon pain béni.
Nous sommes la prairie,
le feu, le vent.
Nous sommes vivants.

Il est temps d’apaiser
cette fleur de la peur
qu’on appelle le monde.
Nous sommes cueilleurs,
le fruit est la Loi.
C’est nous le roi
et tout est là.

Le reste meurt ailleurs
au fond de voûtes carsidérales.

Un chant millénaire monte dans l’air.
La lampe, le lit, la nuit t’attendent.
Viens voir jusqu’où
le ciel peut couler
quand la terre est une offrande.

Et sur la nappe de toile
tendue comme une voile,
un navire de paix.

La maison est ouverte.
Les femmes-corsaires
ont mis le feu
aux galères de la nuit,
l’armateur aux enfers,
le capitaine aux fers.

J’éteins le phare,
la fanfare dort.
On peut parler

Paroles: Michel X. Côté, Richard Desjardins. Musique: Richard Desjardins   1998  « Boom boom »-#- -#- -#- -#- -#- -#- -#- -#-

Voici la version de Richard Desjardins enregistrée lors de la tournée Kanasuta. (Normand Guilbault est à la contrebasse et Marie-Soleil Bélanger est au violon.)
[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=lHkNMUj_3Sg]
Voici Pic et les blancs de mémoire qui joue mon arrangement de la maison est ouverte.
[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=lvIxmWrW5ss]

Deux fois plutôt qu’une en décembre, Pic et les blancs de mémoire jouseront Noël. L’octuor se paiera la traite et fera la fête à ces tounes qui décorent nos hivers depuis belle lurette. En plus de ce répertoire givré, nous jouerons aussi des pièces cuivrées de Vigneault, Charlebois, Desjardins, Karkwa et autres «gosseux» de chansons de par chez nous.

Ça sent la fête…

Pic et les blancs de mémoire sur la toile

Bandcamp

Chanson québécoise en jazz pour huit musiciensextraits audios
extraits vidéos

Frédéric Bourgeault – trompette
Nicolas Therrien – trombone
François d’Amours – saxophones
Jean-François Ouellet – saxophone baryton
Sylvain Picard – arrangement/guitare
Joëlle Saint-Pierre – vibraphone
Philippe Leduc – contrebasse
Alain Bastien – batterie

Cartier (Robert Charlebois) [youtube=http://www.youtube.com/watch?v=tX3jXWtTkII&hd=1]

Mettez vot’ parka (Gilles Vigneault) [youtube=http://www.youtube.com/watch?v=W8nO8fCmspM&hd=1]

Salut, salut !

  Ça sent le changement…  Le cynisme ambiant a cédé sa place aux initiatives populaires :  les manifestations se font de plus en plus nombreuses et l’écoeurantite citoyenne pousse la populace à poser des gestes concrets dans l’espoir d’un avenir meilleur. Les rassemblements pacifiques du 22 mars et 22 avril en sont des exemples probant.

 Nous vaincrons !

Le retour aux souches

 D’ici notre victoire, il y aura plusieurs occasions de célébrer !  Tout d’abord, aujourd’hui je t’offre en téléchargement [gratuitement ou au prix que tu le souhaites] Le retour aux souches premier album de Pic et les blancs de mémoire. Tu sais, un orchestre de huit musiciens qui swing le répertoire québécois de Vigneault à Karkwa; de La Bolduc à Harmonium; etc.

Viens fêter avec nous le vendredi 27 avril à 21h au O Patro Vys 356, rue Mont-Royal EST (Métro Mont-Royal). Viens a’ec tes amiEs, ta famille, tes voisins : ça va swinguer son québécois !
Voici les peintres sonores qui forment Pic et les blancs de mémoire :
Mike Cartile : trompette/flugelhorn
François d’Amours : saxo. soprano/alto/ténor et flûte
Matthieu Van Vliet : trombone
Jean-François Ouellet : saxo. baryton
Sylvain Picard : compositions/arrangements/guitare
Joëlle Saint-Pierre : vibraphone
Philippe Leduc : contrebasse
Alain Bastien : batterie

[bandcamp album=443503011  bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=grande3]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=g_NL4m5Kj9E]

 

C’tait un matin y’a pas longtemps, j’étais en studio pour enregistrer un duo avec Vigneault. C’était: «Je m’ennuie des mélodies qui mettaient mes yeux dans l’eau, je m’ennuie de ton ennui.» Gilles Vigneault. On se croise que’ques fois depuis que’que temps. Des fois, c’est pour des projets, des fois c’est pour presque rien. Mais quand même, un privilège et un honneur, de pouvoir se colletailler sur la légende vivante.

Faque, c’était un matin, y’a pas longtemps. «Je m’ennuie, de ton ennui.» Pis y’est arrivé Vigneault, avec des muffins qui étaient encore chauds, les bras chargés des journaux du matin. Pis si y’avait des pépites dans les gâteaux m’a vous dire, y’avait surtout des noyaux dans les nouvelles.

Vigneault, y m’a dit: «On veut un drapeau, mais on n’a pas encore de mât. Y faudrait se faire un mât.» Ça c’était la revue de presse d’un jour de semaine dans la bouche de Vigneault. Lui, le grand poète du pays, celui qui chante encore, à l’âge respectable. Qui trouve encore à donner pis qui dépasse comme si ses mélodies avaient de la frange. C’est du surplus qui va brasser jusqu’à l’espoir, jusqu’au projet social, dans l’au-delà de la poésie, pour en faire de la force.

Je l’avais entendu dire une fois — il parlait d’idéal — y’avait dit que les poètes trouvaient à dire dans le monde où ils vivaient, pis que si l’idéal se pointait la face, il se trouverait un moment, un p’tit boutte où s’qu’on saurait plus quoi chanter, parce que ça ferait l’impression qu’on a réussi. Ben, le temps passe, pis y chante encore. Pis on chante encore. Pis dans toutes les noirceurs, ça permet de se dire qu’il y a peut-être encore une brèche pour rêver.

Aujourd’hui, ami Vigneault, chante encore! Y faut chanter plus que jamais! On a besoin d’un Nord, d’une aiguille, d’un exemple, on a besoin d’un homme-phare, montre-nous le chemin que tu connais, dis-nous que ça s’peut de changer un boutte du monde avec les chansons, sinon d’en panser un peu les noirceurs. Je t’entendais encore y’a que’ques jours. C’était cité: «L’idéal, quand il est porté par une seule personne, il se rend jamais ben loin. Il faut que l’idéal devienne collectif pour avoir de l’avenir.»

Y faut se faire un mât, Vigneault? On va se faire un mât lustré. Chante encore. Je te promets qu’on va répondre en choeur.

***

Source : Le Devoir, Fred Pellerin – Conteur et scénariste,  1 novembre 2011  Actualités culturelles

Le 5 octobre 1961 Gilles Vigneault présentait au Gesù son premier spectacle majeur à Montréal.  Cinquante ans plus tard, jour pour jour Gilles Vigneault se retrouvera cette année sur scène pour sa première au Gesù, soit le 5 octobre.

Son spectacle intitulé  VIVRE DEBOUT sera sûrement composé de quelques nouvelles chansons mais Vigneault nous propose surtout un survol de plusieurs de ses plus grandes chansons aussi significatives que percutantes.  Il sera accompagné par Daniel Thouin au piano.

Gilles Vigneault (photo © Marie-Claude Tétreault) au Gesù

VIVRE DEBOUT
un spectacle à la fois intimiste et rassembleur au Gesù

Vivre
Pour me survivre
Lesté de quelques vieux tabous
Mais le coeur toujours prêt à suivre
Vivre… Vivre… debout

COORDONNÉES

Gesù

1200 de Bleury, Montréal (Qc)
H3B 3J3
*Métro Place des Arts (sortie de Bleury)
Téléphone : (514) 861-GESU (4378) / Télécopieur : (514) 866-4853

BILLETS : 64.00$

Pour ACHETER VOS BILLETS, plusieurs options s’offrent à vous :

Vous pouvez acheter vos billets directement au comptoir de la billetterie du Gesù (sans frais).

Vous pouvez acheter vos billets par téléphone (514) 861-4036 avec carte de crédit (2,50$ de frais par billet) et les récupérer au comptoir de la billetterie le soir du spectacle ou par la poste (2,00$ de frais par envois postaux).

Vous pouvez également acheter par téléphone via le Réseau Admission au 1-855-790-1245 (sans frais) ou via Internet à l’adresse www.admission.com.

Je suis présentement à Petite-Vallée en Gaspésie où j’ai la chance de participer à de nombreux concerts. Dans l’un de ceux-ci, j’accompagne Annie Cotton et Fanny Lebreux. Nous interprétons entre autres la magnifique Si fragile de Luc de Larochellière.

En voici une version magistrale livré par Luc de Larochelière et Gilles Vigneault. (tiré de l’album Voix Croisées)

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=wG7NAykt4Ug]

On n’choisit pas toujours la route Ni même le moment du départ On n’efface pas toujours le doute, La vielle peur d’être en retard Et la vie est si fragile…

On n’choisit jamais de vieillir On voudrait rêver un peu plus La vie n’est pas faite pour mourir On meurt souvent bien entendu Car la vie est si fragile…

On n’atteint pas toujours le but Qu’on s’était fixe autrefois On n’reçoit pas souvent son dû La justice choisit ou elle va Et la vie est si fragile…

On est seulement ce que l’on peut On est rarement ce que l’on croit Et sitôt on se pense un Dieu Sitôt on reçoit une croix Car la vie est si fragile…

Car le temps est la Toujours la seule justice ici-bas On est si fragile… On marche sur l’or ou sur l’argile Dépend de ce qu’on a reçu On reste tout aussi fragile Pourquoi donc se marcher dessus ? Car la vie est si fragile…

Paroles et musique : Luc de Larochellière