Tag: Félix Leclerc

Pic-et-les-blancs-de-mémoire

Salut!

Ce soir, ce sera la fête. Pic et les blancs de mémoire jazzeront le terroir. Ça serait pas mal chouette de t’y voir!

Voici, en guise d’avant-goût pour oreilles curieuses, ma pièce Montréal.

[bandcamp width=100% height=120 album=2370922827 size=medium bgcol=ffffff linkcol=0687f5 t=10]

L’admission de 25$ inclus une soirée festive en agréable compagnie et sangria, café et jus.

Réservations chaleureusement recommandées

Facebook

 

Plus on est de fous!
Sylvain

C’est un rendez-vous ce vendredi
27 septembre à 20h, à
l’Espace 64
64, rue Prince
Montréal, Qc H3C 1T4
(Métro Square-Victoria)

 

 

Pic et les blancs de mémoire jousent Noël

Salut, salut!

J’espère que ça va bien. Ici, dans les rues de Villeray, les honnêtes gens se promènent la langue sortie pour attraper des flocons et les yeux écarquillés pour éviter les flaques de slush…

Demain, jeudi 20 décembre, les huit heureux amnésiques de Pic et les blancs de mémoire présenteront un spectacle de Noël débridé. L’octuor se paiera la traite et fera la fête à quelques-unes de ces tounes qui décorent nos hivers depuis belle lurette. En plus de ce répertoire givré, nous jouerons aussi des pièces cuivrés de Vigneault, Charlebois, Desjardins, Karkwa et autres «gosseux» de chansons de par chez nous.

Ça sent la fête…

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=W8nO8fCmspM]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=tX3jXWtTkII] 

Pic et les blancs de mémoire sur 

[bandcamp album=2310800928  bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=venti]
[bandcamp album=443503011  bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=venti]

Pic et les blancs de mémoire jousent Noël - 4 déc Divan Orange, 20 déc. Labo

Salut, salut!

J’espère que ça va bien. Ici, dans les rues de Villeray, les honnêtes gens ont la langue sortie pour attraper des flocons…

Nous sommes très enthousiastes, les huit heureux amnésiques de Pic et les blancs de mémoire, à l’idée de présenter pas un, mais deux spectacles de Noël. L’octuor se paiera la traite et fera la fête à ces tounes qui décorent nos hivers depuis belle lurette. En plus de ce répertoire givré, nous jouerons aussi des pièces cuivrées de Vigneault, Charlebois, Desjardins, Karkwa et autres «gosseux» de chansons de par chez nous.

Ça sent la fête…

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=W8nO8fCmspM]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=tX3jXWtTkII] 

Pic et les blancs de mémoire sur 

[bandcamp album=2310800928  bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=venti]
[bandcamp album=443503011  bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=venti]

La situation politique Québécoise (les différentes commissions d’enquête en particulier) me font penser à cette pièce de Richard Desjardins.

La maison est ouverte
Ils versent un pauvre miel
sur leurs mots pourris.
Ils te parlent de pénurie
et sur ta faim, sur tes amis,
ils aiguisent leur appétit.

Leur haleine brûle l’air
comme la chaux
sur le pain.

La beauté que tu oses,
ils la saluent encore
d’un grognement de porc
fouillant dans l’auge.
Ils ont raison
comme des cadavres
et la vie les a coulés.

Ils ont tout
mais ne sont
que le ciment du havre.

Toi qui marches sur les tessons
du concert,
viens boire cette bouteille
pleine de clarté,
coulant comme un secret
sur les lèvres des amants.
Sous l’aile du huard
Le lac a calé.
C’est le moment.

Ce que tu trouves,
tu le gardes pour toi.
 » Ce qui n’est pas donné est perdu.  »
N’entends-tu pas battre ton coeur
dans le sourd tambour de la terre ?

Nous sommes les bêtes noires de l’ennui.
C’est toi mon pain béni.
Nous sommes la prairie,
le feu, le vent.
Nous sommes vivants.

Il est temps d’apaiser
cette fleur de la peur
qu’on appelle le monde.
Nous sommes cueilleurs,
le fruit est la Loi.
C’est nous le roi
et tout est là.

Le reste meurt ailleurs
au fond de voûtes carsidérales.

Un chant millénaire monte dans l’air.
La lampe, le lit, la nuit t’attendent.
Viens voir jusqu’où
le ciel peut couler
quand la terre est une offrande.

Et sur la nappe de toile
tendue comme une voile,
un navire de paix.

La maison est ouverte.
Les femmes-corsaires
ont mis le feu
aux galères de la nuit,
l’armateur aux enfers,
le capitaine aux fers.

J’éteins le phare,
la fanfare dort.
On peut parler

Paroles: Michel X. Côté, Richard Desjardins. Musique: Richard Desjardins   1998  « Boom boom »-#- -#- -#- -#- -#- -#- -#- -#-

Voici la version de Richard Desjardins enregistrée lors de la tournée Kanasuta. (Normand Guilbault est à la contrebasse et Marie-Soleil Bélanger est au violon.)
[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=lHkNMUj_3Sg]
Voici Pic et les blancs de mémoire qui joue mon arrangement de la maison est ouverte.
[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=lvIxmWrW5ss]

Deux fois plutôt qu’une en décembre, Pic et les blancs de mémoire jouseront Noël. L’octuor se paiera la traite et fera la fête à ces tounes qui décorent nos hivers depuis belle lurette. En plus de ce répertoire givré, nous jouerons aussi des pièces cuivrées de Vigneault, Charlebois, Desjardins, Karkwa et autres «gosseux» de chansons de par chez nous.

Ça sent la fête…

Pic et les blancs de mémoire sur la toile

Bandcamp

«J’aimerais bien t’emmener, mais j’ai appris, ces derniers jours, que voyager est un travail qu’on fait tout seul.» Gilles Vigneault

«Le bonheur voyage toujours à pied.» Gilles Vigneault

«Gens en santé, payez vous un grand luxe… passez une journée en robe de chambre. Malades, payez vous le luxe… d’une journée en habit de voyageurs.» Félix Leclerc

«Il y a un lit au bout de la route, reste réveillée.» Félix Leclerc

«Je couchais sous une fenêtre pour avoir le dernier bonsoir de la lune, et pour avoir le premier salut du soleil.» Félix Leclerc

«Un pays c’est comme une femme, il ne faut pas toujours être collé dessus.» Félix Leclerc

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=UZOM4koItSk]
«Les signes d’intelligence: Ecole buissonnière, indiscipline, grain de folie, distraction, refus d’obeir.» Félix

«Les bons livres ne restent pas neufs. Comme les bons hommes, on les use vite.» Félix

«Un poète, c’est quelqu’un qui va au bout de ce qu’il est; c’est quelqu’un qui ose être ce qu’il est, qui n’entre pas dans le troupeau de ceux qui suivent.» Félix

«Prévoir que dans la vie, il y a des périodes différentes, qui sont à l’image de nos quatres saisons.» Félix

«Quand vous êtes heureux, vous ne vous défendez pas.» Félix

«Quand on veut se débarasser d’une chose, on ne lui trouve que des défauts.» Félix

«… jouer pour jouer n’est pas longtemps intéressant. Tandis que jouer au travail, jouer à faire semblant de ne pas avoir le temps de jouer, voilà le beau jeu quand on a hâte d’être grand.» Gilles

«Si tu refuses de discuter avec les sots, tu ne discuteras plus avec personne.» Félix

«Tomber a été inventé pour se relever. Malheur à ceux qui ne tombent jamais.» Félix

«Tu n’as qu’une vie, emploie-la à rendre légère celle de tes voisins.» Félix

«Un des meilleurs albums jazz de l’année» (Denis Lapierre Radio-Canada, L’heure de pointe)

Je souhaite partager un plaisir avec le plus grand nombre. En plus d’adorer la bonne bouffe, la nature, le tai chi, le thé blanc et toutes sortes de choses que la décence m’empêche d’énumérer ici, j’ai un malin plaisir à écouter tout ce qui fait ici comme musique en français. Mais étant très exigeant et difficilement satisfait, je me suis approprié une partie de ce répertoire et l’ai transformé en jazz. Oui, oui! Gilles Vigneault, Jean Leloup, Félix Leclerc, Daniel Bélanger, Beau Dommage en jazz. J’ai écrit des arrangements originaux joués par huit musiciens qui aiment la fête. C’est Pic et les blancs de Mémoire (anciennement l’Ensemble Fleur de Lys)!

Il y a quelques temps déjà, l’ensemble lançait son premier album haut et fort : Le retour aux sources. (On a presque failli l’appeler Le retour aux souches en hommage à l’ami Sol.)

Achetez l’album à 15$*, il sera personnalisé par une dédicace unique et livré chez vous en deux semaines. Paiement sécurisé par carte de crédit et compte paypal. (* Le tarif de 15$ est valable au Québec seulement.)

Pour ceux qui le préfèrent, on peut acheter l’album en téléchargement sur iTunes.

Voilà!

Bonnes écoutes et au plaisir!

Sylvain

—–

Voici quelques extraits (seul le Grand cerf-volant est sur le disque, les autres pièces n’ont pas encore été endisquées.)

[soundcloud width= »100% » height= »170″ params= » » url= »http://soundcloud.com/elixirmusiques/sets/ensemble-fleur-de-lys-arrangements-sylvain-picard »] Ensemble Fleur de Lys par  Elixirmusiques

Les musiciens suivants donnent vie aux arrangements originaux :

  • Joëlle Saint-Pierre : vibraphone
  • Mathieu Deschenaux : contrebasse
  • Charles Duquette : batterie
  • Philippe Dalpé : saxophone ténor-clarinette basse
  • Hugues « l’hédoniste » Jomphe : saxophone baryton
  • Louis Lemay : trompette-flugelhorn
  • Jean-François Ouellet : saxophones alto et soprano-flûtes-clarinette
  • Sylvain Picard : guitare et arrangements

Ce que d’autres critiques en ont pensé :

« Il y a une réussite là. Un jazz traditionnel avec différent style dont la Bossa Nova pour Le grand cerf-volant de Gilles Vigneault. Un travail intéressant au niveau musical… C’est très intéressant. » Denis Lapierre (Radio-Canada, L’heure de pointe)

« L’Ensemble Fleur de Lys (Le Retour aux Sources) Il faut remercier Sylvain Picard et son octuor l’Ensemble Fleur de Lys pour l’album « Le Retour aux Sources ». Cette transcription jazzifiée de nos plus grands auteurs-compositeurs est un pur délice, à savourer autant avec l’âme qu’avec les oreilles. Les arrangements géniaux permettent aux talentueux musiciens de démontrer un savoir-faire à la hauteur. Une audace applaudie qui offre aux jazzophiles de toutes générations un billet aller pour un fabuleux voyage dans le temps. Je souhaite aux concepteurs de ce petit bijou, une multitude de prix et de reconnaissances… À quand les honneurs des scènes à l’extérieur des frontières québécoises!? » Denis Corriveau (CFOU-FM 89,1, Jazz sans frontière)

« C’est parce qu’on m’a bien écrasé
que je suis un homme libre. »

«Il n’y a qu’un coussin pour un front d’homme lourd d’idées, c’est une épaule de femme.»

«Le tango a dû être inventé par un indécis.»

«S’adapter, c’est se plier quant il vente.»

«Il faut savoir tremper sa plume dans le bleu du ciel.»

«Il faut penser deux fois à ce que l’on veut, parce qu’un jour ou l’autre on le possède.»

«Dormir au son de la pluie qui tombe sur la tôle de sa cabane. Et le riche, qui faisait le tour du monde d’un palace à l’autre, avoua ne pas connaître cela.»

«Un ennuyeux s’ennuie chez les clowns. – Un joyeux s’amuse aux enterrements.»

«Chaque pomme est une fleur qui a connu l’amour.»

«Chaque cellule du cerveau est un petit tiroir vide à la naissance. A la mort, quelques tiroirs sont pleins, beaucoup sont coincés, d’autres enflés, mais la plupart sont toujours vides.»

«Je suis pour la peine de vivre.»

«Celui qui travaille ne craint pas d’être surpris en pantoufles.»

«Se croire rien du tout c’est peut-être plus d’orgueil que de se croire un créateur.»

«Ce qu’il faut de saleté pour faire une fleur!»

«Le cadeau d’une pensée est plus précieux que l’or.»

«Aider c’est aimer. Et l’amour, c’est le point d’or dans la nuit des hommes.»

«Il y a plus de courage que de talent dans la plupart des réussites.»

«Si tu refuses de discuter avec les sots, tu ne discuteras plus avec personne.»

«Il y a un lit au bout de la route, reste réveillée.»

«Je suis allé m’asseoir où tu t’es assise ce matin et j’ai entendu ce que tu avais pensé.»

«Une fortune est plus à l’abri dans une tête que dans un sac.»

«Je voudrais bien être la lettre que j’envoie ce matin à celle que j’aime.»

«Quand il tombe, l’arbre fait deux trous. Celui dans le ciel est le plus grand.»

«Le bruit est dans l’air. Le silence est dans l’eau.»

«On court à celui qu’on aime. A celui qui nous aime, on marche.»

«Mourir à une tâche irréalisable est préférable à vivre sans heurt comme un incliné.»

«Les rendez-vous mémorables sont clandestins.»

«Le mariage, c’est deux billets d’avion aller seulement, vers une île inconnue. On en revient à la nage ou jamais.»

«On souffle sur les braises et le passé renaît.»

«Plus fragile que la feuille à l’arbre – La vie – Plus lourde que montagne au large – La vie – Légère comme plume d’outarde – Si tu la lies – A une autre vie – Ta vie.»

«Prévoir que dans la vie, il y a des périodes différentes, qui sont à l’image de nos quatres saisons.»

«Un poète, c’est quelqu’un qui va au bout de ce qu’il est; c’est quelqu’un qui ose être ce qu’il est, qui n’entre pas dans le troupeau de ceux qui suivent.»

«Sa conscience est en parfaite santé. Il rote du bonheur.»

Source

« C’est vermouilleux! »

« Il ne faut pas exagérationner »

« La justice a beau suivre son cours, elle n’est jamais assez instruite. »

« Si vous donnez à un pirate de l’air, faut pas vous attendre à ce qu’il vous rende la pareille!»

« Pour les parents, il est plus facile d’élever la voix que d’élever ses enfants. »

« Les photographes font tout un plat de leurs lentilles, et ensuite ils courent travailler au noir. Ça n’impressionne personne! »

« Je travaille pour moi-même, je me fais plaisir. Je prends modèle sur Chaplin qui ne faisait pas des films pour les enfants ou les adultes mais pour se faire plaisir et, ce faisant, il arrivait à toucher tout le monde. »

Voici un extrait extrait du livre « Presque tout Sol » aux éditions Stanké 1997 (ISBN 2-7604-0567-2) (on peut écouter l’extrait «estradinaire» ici)

Il est pas si tant tellement grandle monde.

La Terre est grande

mais le monde est petit …

D’abord faut savoir que la Terre c’est une boule

toute ronde

comme une pomme

sauf qu’elle a pas de queue

(c’est pas grave qu’elle aye pas de queue

mais c’est un petit peu embêtant pour nous

on peut jamais savoir quand elle est contente).

En tout cas elle est ronde, ça c’est sûr.

Y a des drôles qui la trouvent plate

mais c’est pas vrai …

il arrive tant tellement de choses sur la Terre

elle a pas le temps d’être plate

il en arrive il en arrive

surtout du monde

tous les jours il en arrive

c’est pour ça qu’on voye plein de monde partout …

Mais ça veut pas dire que tout le monde se connaît

non

c’est pluss complexé que ça

passque la Terre comme c’est une boule elle roule

elle roule dans l’expace, elle tourne,

chaque jour elle fait le tour du monde

mais le monde, lui, il tourne pas

il s’agitationne, il se bousculine, mais il tourne pas

il tourne pas rond

c’est bien connu.

Il est pas fou le monde, il veut pas perdre la boule

alors il reste à la même place …

seulement comme il est innombreux

il est partout partout autour de la boule

alors forcément y en a qui ont le dessus

et d’autres qui ont le dessous.

Ceux qui ont le dessus sont drôlement bien

c’est les États riches

les Établis

les États bien les

États munis.

Ceux-là ils ont tout, ils manquent de rien

et le reste ils l’inventairent.

Et ils ont pas le temps de s’ennouiller

ils s’invitationnent ils sont toujours à table

une belle grande instable avec des pattes de velours

couverte d’une belle grande nappemonde

avec plein d’occidentelle partout.

Ceux d’en dessous alors là c’est pas pareil

surtout pour dormir c’est pas commode

avec ceux d’en haut qui leur tapent sur la tête.

Ils arrêtent pas d’avoir la tête en bas

ceux d’en dessous

alors quand ils veulent garder un pied à terre

c’est toute une hixtoire

Mais ils restent là quand même

pas question de laisser tomber

passqu’ils sont fiers

c’est le FIER MONDE …!

Y en a qui disent waff le fier monde ça compte pas

il se passe rien …

Ouille! Faut pas connaître le fier monde pour dire ça.

II s’en passe des choses!

Surtout quand ceux d’en haut ont fini de manger

et qu’ils secouillonnent la nappemonde

ils secouillonnent, ils secouillonnent

et les miettes se mettent à tomber

et comme la Terre est ronde

la plusspart du temps ça passe tout droit

alors ceux d’en dessous ils s’en passent

des choses!

Ils se passent de tout!

Mais le fier monde ça le dérange pas vraiment

il est habitouillé, il s’en fait pas,

d’ailleurs jamais il s’énervouille, jamais il est pressé,

il déménage ses efforts

et pourtant

il arrive toujours à rejoindre

les deux bambous …

Il s’en fait pas il sait vivre.

Par exemple le matin quand il se lève

la première chose qu’il fait sans se presser

il prend son café

et il le plante!

Pousse café, pousse café, pousse pousse …!

Ensuite il prend sa canne en sucre et il s’en va au champ

et là il chante

très complètement patient et curieux

toute la journée penché sur les petites plantes …

Jamais pressé

le fier monde

c’est comme pour manger

il peut attendre des mois des mois …

D’ailleurs il mange prexe pas:

il coupe le poivre en deux

il met de l’eau dans son bain

il fait la disette

gentiment

en famine …

Le fier monde c’est la pluss grande sobriété

de consommation!

Bien sûr comme tout le monde

il veut pas manger toujours la même chose

des fois il veut changer de régime

alors il serche il serche un nouveau régime

et même il se casse la tête pour en trouver un

et quand il le trouve

c’est un solonel!

(En général c’est un solonel)

Un gros grand solonel très fort très dynamite

qui arrive les bras chargés de bananes

et qui met ses bananes au régime …

Et là le fier monde est content

il jujubilationne

il remercenaire le solonel

il se dévote pour lui

et le solonel c’est pas long il le prend le vote

et avec lui ça traîne pas

c’est toujours le vote à main armée!

Et tout le monde est content

le fier monde retourne à son chant

tout le jour il passe le temps au coton

et le solonel lui il le passe au tabac …

Attention faut pas croire que le fier monde se repose pas!

Après manger par exemple il fait jamais la vaisselle

il fait seulement l’assiette.

Il s’étend sous un grand napalmier ou un gros maobab

et il fait l’assiette

et comme il a pas besoin de brunir

il se laisse griser

il dort dîne …

Puis des fois le soir il veut s’abuser

alors il danse et il rit, il aime ça rire,

il rit, il rit, il rit;

il se tornade de rire

et quand arrive la croix rouge il est content

passque avec elle

il est sûr de se payer une pinte de bon sang!

Ouille oui alors le fier monde il sait vivre,

il sait s’abuser!

Y a pas que lui bien sûr.

D’en haut aussi ils s’abusent.

Quand ils se font du visiting c’est pour s’abuser.

Ils se font des déceptions vermouilleuses, faut voir ça!

Les premiers qui arrivent c’est les ambrassadeurs

de bonne étreinte

qui se font l’échanging de cosmopolitesses

puis c’est les chefs des chefs

drôlement bons qui pensent toujours aux autres

qui s’écoutent jamais

qui parlent avec leurs monologues

qui se font des petites affaires étrangères

dans des rencontres au sommeil

passque l’ennui porte conseil …

Des fois les chefs ils amènent leurs pèquenocrates.

C’est gentil un pèquenocrate

et ça dérange personne ça reste là tout humide

avec sa serviette et appuyé sur son dossier

ça a toujours l’air dans la pluss grande

stupéfonction publique

et ça bouge pas de peur de se mettre le doigt

entre l’arabe et le corse …

Et puis quand ils veulent faire des cadeaux

les chefs ils amènent des admirables et des généreux

qui se lancent des fleurs

des beaux grands dépôts de géranium

enrichi …

Et tout ce monde-là ça bavaroise gentiment.

ça psycause de guerre et paix,

ça donne des incohérences de presse

tout en grignotant une petite coalition

à la bonne franquiste …

Mais les pluss belles déceptions c’est les très énormes

les déceptions mondaines

quand tout le monde est là

quand toutes les INANITIONS UNIES sont là …

Ça mange! et ça documange!

Faut dire qu’ils sont là pour ça et qu’y a de quoi manger:

la veille ils ont fait leur marché en commun

et la table est pleine

y a des tonnes et des gloutonnes d’aliments

pour tous les goûts: des aliments de l’ouest et de l’est …

Faut les voir alors se jeter

sur la soupe comme des anthropotages

et ensuite ils se rempiffrent avec la gelée latine

puis ils se nourrissonnent de yogourt slave …

et quand arrive le steak

le grand steakoslovaque

ils sont contents: c’est le plat de résistance

ils se dardanellent dessus

ils le biftèckent et le vivisectionnent

en tout petits moscovites

qu’ils avalisent diplomatique à toute vitesse …

Puis c’est la fricassée

qu’ils dévorationnent jusqu’au bout couss que couss

avec des petits points chauds

beaucoup de petits pigments

et très énormément de sahel …

Et même après ça ils ont encore faim.

Faut les voir quand arrive le désert

un grand désert porté par des Arabes

en espadrilles de mystères!

un désert fabuliquement riche

servi dans une grande assiettée muftinationale …

un désert plein de mirages

qui donne des israëllusions

(les Arabes avec leur désert ils y vont pas de mer morte!)

C’est riche! C’est des mille de cent trente-cyprioches!

Toutes les unes contre les autres

entourées de turcreries

et arrosées de sirocco …! C’est riche!

Alors ils se goinfriandisent atroxement et le pôvre désert

c’est pas long il reste que des niets …

Et c’est pas tout. Dans les grandes déceptions mondaines,

ils font pas rien que manger

ils buvardent aussi

et pas n’importe quoi

pas de l’eau de Pologne

du vrai vin

ils se versaillent de grands verres de vergogne et ça buvarde,

et ça buvarde et bientôt

tout le monde est très gai

très pharisien

et ça se met à crier: Vive la transe!

(Y en a, bien sûr, qui aiment pas le vin

comme les deux pluss grandes des inanitions unies:

l’amnésique du nord

et la répudique qui a des soucis réalistes.

Ces deux grandes fofolles elles aiment pas le vin

alors on leur laisse la bière froide.

Et ça buvarde et ça se hongrise

et ça tombe dans la pire bulgarité!

On en voit qui ont tant tellement le boyau muni

qu’ils laissent tomber la grande bretelle _..!

Ils s’en font deux guirlandes

et ils tirent dessus …

Et c’est là que se déclenche la course aux ornements

tout le monde devient fou

même les alliés de toujours

même les alliés-nés …

Et puis y a ceux qui ont le vin trixte

comme la clique du sud

pôvre clique du sud elle peut pas buvarder

elle fait une répression nerveuse

elle reste dans, son coin

elle broie du noir …

Y a ceux qui prennent le nord aux dents

et le nord se laisse pas faire il se scandinave

il se péninsulte …

Y a ceux qui perdent la tête, qui décapitulent

et qui se retrouvent comme des trépanations …

C’est épouffroyable

c’est un macao terriblifique

l’ethmyopie se tape le négus partout

la belle gifle son flamand

on s’arrache les cinq condiments

on se tire sur la pipeline

on déterre les moratoires

on se traite de musulmenteurs

et ça pétarabe, ça pétarabe, ça pétarabe …

L’indigne nation s’empare des diplotomates

et les lance partout sur la nappemonde

et ça, les serviettes aiment pas ça

surtout la serviette suprême …

les serviettes volent partout

et ça métaformose la chine

les serviettes frappent

l’amnésique se fâche

elle pique une protocolère

l’amnésique sort de ses gonds et les serviettes cognent

les serviettes cognent de pluss en pluss

c’est la salade

la salade de la violette qui monte

de pluss en pluss violette

jusqu’au bout

jusqu’à perpétrole jusqu’à l’épuigisement …!

Puis ça se calme.

Forcément. Après l’épuigisement ils ont plus de force!

Ils ont même plus la faible petite force

de se lancer des olives nucléaires …

Heureusement pour la vieille qui nettoie les dégâts

à mesure,

la vieille démocrasseuse.

Elle serait pas d’accord avec les olives

pour elle ça serait inadmissile

elle qu’est déjà tout alarmée toute pentagonisante

avec un pied dans la tombe atomique

elle aurait bien trop peur de plus jamais

être capable de faire le ménage

de sa purée publique

elle aurait trop peur de plus jamais

être fière de son monde …

Pôvre vieille démocrasseuse …!

Marc Favreau