Pensées du vendredi : Erik Satie – plus je connais les hommes, …

Publié le Publié dans Airs à faire frire, Aphorisme, Citations, jazz, Pensée du vendredi, poésie, Spiritualité, Trio Sylvain Picard, Vidéos

«Il faut éviter qu’une idée de derrière la tête ne vous descende dans le derrière.»

«Avant d’écrire une oeuvre, j’en fais plusieurs fois le tour, en compagnie de moi-même.»

«Certains artistes veulent être enterrés vivants.»

«Sachez que le travail … c’est la liberté… – … la liberté… des autres… – Pendant que vous travaillez, … vous n’ennuyez personne …»

«Chose curieuse: – plus un critique est bête, plus il est intelligent… – C’est à n’y rien comprendre… Evidemment….»

«J’ai connu autrefois un pauvre homme qui, par scrupule, n’a jamais voulu coucher chez lui, disant que son nom était un nom à coucher dehors. Ce souvenir ne m’est pas désagréable.»

«Toute ma jeunesse on me disait: Vous verrez quand vous aurez 50 ans. J’ai 50 ans. Je n’ai rien vu.»

«Plus je connais les hommes, plus j’admire les chiens.»

«Conseils: Ne respirez pas sans avoir, au préalable, fait bouillir votre air.»

«Je m’appelle Erik Satie comme tout le monde.»
«Pauvres musiciens! Tout n’est pas rose, pour eux, sur cette Terre – véritable Vallée de Larmes, malgré sa rotondité rotatoire.»
«Un vrai musicien doit être soumis à son Art; … il doit se placer au-dessus des misères humaines; … il doit puiser son courage en lui-même, … rien qu’en lui-même.»
«Recoins de ma vie.
Souvent, je regrette d’être venu moi-même en ce bas monde; non pas que je haïsse le monde. Non…. J’aime le monde, le grand monde et même le demi-monde, étant personnellement une sorte de demi-mondain.
Mais que je suis venu faire sur cette Terre si terrestre et si terreuse?
Y ai-je des devoirs à remplir? Y suis-je venu pour accomplir une mission – une commission?
M’y a-t-on envoyé pour m’amuser? pour me distraire un peu?… pour oublier les misères d’un au-delà dont je ne me souviens plus? N’y suis-je pas importun?
Que répondre à toutes ces questions?
Croyant bien faire, presque à mon arrivée, ici-bas, je me suis mis à jouer quelques airs de Musique que j’inventai moi-même….
Tous mes ennuis sont venus de là…»
Gnossienne numéro 1