le paradoxe de l’improvisation

Publié le Publié dans cours de guitare, Enseignement, Guitare, Interprétation musicale, Musique, Philosophie

Comme l’apprentissage d’une nouvelle langue, l’apprentissage de la musique passe l’acquisition de de notions et règles de base. Par exemple : la connaissance des notes, des gammes, des accords, des rythmes et du répertoire au goût de l’élève. L’utlisation de ces connaissances est dictée par des règles bien précises : comment former une gamme, quels accords «sonnent bien» ensemble, quelle(s) gamme(s) doit-on jouer sur tel accord pour obtenir tel son, quels rythmes doit-on employer pour créer du mouvement dans la phrase musical, etc.

Toutes ces notions et règles se doivent d’être pratiqué avec organisation, précision et méticulosité. Le niveau d’attention déployé par l’élève lors de la pratique de ces différents éléments se répercutera directement dans ses interprétations.

Toutefois, lorsque le musicien improvise, il doit abandonner tout désir de respecter les règles, d’appliquer les connaissances acquises; Il doit être au service de la musique. Il peut y parvenir en se demandant ce dont la musique «a besoin» et en ressentant ce qu’il faut faire et en «laissant la musique le jouer». Bref, il y parvient en devenant ce que la musique demande.

Donc, on acquiert une pléthore de connaissances et de règles puis, lors de l’improvisation, on oublie tout!