Le bonheur excessif (Pierre Vadeboncoeur)

Publié le Publié dans Citations, Littérature, poésie, Tradition québécoise

Le bonheur excessif (Pierre Vadeboncoeur, extrait)

L’amoureuse est aimée parce que son existence est source de joie, mais l’amoureux l’aime aussi pour quantité d’autres causes qui doivent en partie leurs attraits à l’amour qu’il a pour elle, lequel rend extrêmement désirables la beauté de cette femme, son physique, sa manière de parler, ses attentions, son vêtement, sa force d’âme, et tant d’autres détails qui font d’une manière sans cesse renouvelée la cause d’autant de plaisirs. L’amour qu’on a pour une femme multiplie par cent les causes de cet amour même.

Elle est donc pour l’amoureux profusion de raisons de l’aimer, multiplicité d’occasions de plaisir. L’amoureux ne la voit pas comme une femme ordinaire dont il apprécierait certains traits, par exemple l’intelligence, les attraits physiques, ou l’amitié. Elle brille de toutes sortes d’avantages d’un autre éclat. Elle lui plaît par cent détails qui la distinguent, comme si chaque chose d’elle avait le don, assuré, de pouvoir exercer sur lui une action spécifique qui est de plaire. Elle est revêtue d’un prestige efficace, général. Ce pouvoir d’attraction se répartit, également actif, inattendu, dans les moindres choses qui sont de cette femme, tel regard, telle émotion, telle grâce, sa voix, ses intonations, sa démarche, sa taille, l’arrangement de ses cheveux, etc. Tout ce qui la compose exerce une part de la même attirance.

extrait pp. 74-75 tiré de l’essai Le bonheur excessif, Pierre Vadeboncoeur, 1992 aux Éditions Bellarmin

Une réflexion au sujet de « Le bonheur excessif (Pierre Vadeboncoeur) »

Les commentaires sont fermés.