Céphalopode, mon amour

Publié le Publié dans Concerts, Montréal et environs, Musique, Philosophie, poésie

Céphalopodes

En soirée d’ouverture du phénoménal Festival Phénomena, se retrouvait Céphalopodes, orchestre tentaculaire mené de mains de maître par le pirate sonore René Lussier. L’idée derrière le projet était d’abord une analogie entre le céphalopode et « les réseaux tentaculaires qui s’insinuent au cœur de nos sociétés pour y étouffer l’idée même de liberté. » Pari relevé avec brio!

Les univers sonores de René Lussier nous enveloppaient et nous faisaient voyager de paysage onirique en paysage onirique. La musique suggérant tantôt les fonds marins, tantôt une poursuite surréelle, tantôt la vie amoureuse de deux bêtes océaniques… Les musiciens ont eu tour à tour eu leur occasion de briller, et cela, toujours au service du propos.

Livrés avec une joie féroce toute en retenue par Paule Marier et Stéphane Crête, les textes étaient tout simplement jouissifs.

Même si nous avons passé un bon moment, même si le spectacle nous a fait un bien fou, l’œuvre a ouvert une lézarde dans nos limites en nous imposant, par sa seule essence, l’obligation de la conscience et de la réflexion. Un spectacle tonique! Du grand art, à consommer… sans modération!

Vendredi 16 octobre 2015, La Sala Rossa

René Lussier: guitare électrique, chef; Stéphane Crête: textes; Paule Marier: textes; Marie Bernard: ondes Martenot; Julie Houle: tuba; Pierre Langevin: clarinettes; Nancy Tobin: souffle; Stefan Schneider: batterie