Category: Spiritualité

À la prochaine génération d’artistes

Nous nous trouvons dans une période trouble et imprévisible.

Des horreurs du Bataclan, aux bouleversements en Syrie, à la tuerie de San Bernardino, nous vivons dans une époque de confusion et de douleur. En tant qu’artistes, créateurs et rêveurs de ce monde, nous vous demandons de ne pas être découragés par ce que vous voyez mais plutôt de vous servir de vos vies, et par extension de votre art, comme moyen de propagation de la paix.

Bien qu’il soit vrai que les problèmes auxquels le monde fait face sont complexes, y répondre par la paix est simple : ça commence par soi-même. Vous n’avez pas besoin de vivre dans un pays du tiers-monde ou de travailler pour une ONG pour faire une différence. Chacun de nous a une mission qui lui est propre. Nous sommes les pièces d’un casse-tête géant et changeant, où la plus petite des actions de l’une d’elles affecte profondément chacune des autres. Vous êtes importantes, les gestes que vous posez sont importants, votre art est important.

Nous souhaitons préciser que bien que cette lettre ait été écrite avec un auditoire artistique en tête, ses idées transcendent les classes professionnelles et s’appliquent à tous et toutes, indépendamment de la profession.

D’abord, s’éveiller à sa propre humanité

Nous ne sommes pas seuls. Nous n’existons pas seuls et nous ne pouvons créer seuls. Ce dont ce monde a besoin est un éveil humaniste mu par un désir d’améliorer les conditions de vie de tous et toutes; un lieu où nos actions prennent racine dans l’altruisme et la compassion. Vous ne pouvez vous cacher derrière une profession ou un instrument : vous devez être humain. Appliquez-vous à devenir aussi bon humainement que possible. Par ce processus, vous découvrirez une riche source d’inspiration prenant ses fondements dans le fait complexe et étrange de notre simple existence sur cette planète. À ce titre, la musique n’est qu’une goutte dans l’océan de la vie.

Partez à la conquête du chemin le moins fréquenté

Le monde a besoin de nouvelles voies. Ne vous permettez pas d’être détournée par une rhétorique bon marché, de fausses croyances et illusions dictant comment votre vie doit être vécue. C’est à vous d’être les pionniers. Que ce soit par l’exploration de nouveaux sons, rythmes et harmonies, ou par des collaborations, processus et expériences inattendues, nous vous encourageons à abandonner la répétition sous toutes ses formes et répercussions négatives. Visez à créer de nouvelles actions, musicalement comme sur le chemin de votre vie. Ne vous conformez jamais.

Accueillir l’inconnu

L’inconnu requiert une improvisation émergeant sur le coup ou encore un processus créatif offrant un potentiel d’expression et d’épanouissement sans pareil. Il n’y a pas de répétition générale pour la vie, car la vie elle-même est la vraie répétition. Chaque relation, obstacle, interaction, etc. est une répétition préparant à la prochaine aventure de la vie. Tout est interrelié. Tout peut servir. Rien n’est jamais perdu. Entretenir ce genre de pensée requiert du courage. Soyez courageuses et ne perdez pas votre faculté d’émerveillement et d’égard pour ce monde merveilleux qui nous entoure.

Comprenez l’origine des obstacles

Nous nous faisons une idée de l’échec, mais elle n’est pas vraie; c’est une illusion. Il n’y a pas de chose telle que l’échec. Ce que vous percevez comme un échec est, en fait, une nouvelle opportunité, un nouveau jeu de cartes, un nouveau canevas sur lequel créer. Dans la vie, les possibilités sont infinies. Les mots « succès » et « échec » ne sont rien de moins que des étiquettes. Chaque moment recèle une opportunité. Vous, en tant qu’être humain, n’avez pas de limite, donc il existe des possibilités infinies en toute circonstance.

N’ayez pas peur d’interagir avec celles qui sont différentes de vous

Le monde a besoin de plus d’interactions « un à un » entre des gens d’origines diverses dialoguant de sujets tels que l’art, la culture et l’éducation. Nos différences sont ce que nous avons en commun. Nous pouvons créer un endroit ouvert et pérenne où tous peuvent partager idées, ressources, attention [toughtfulness] et gentillesse. Nous devons créer des liens avec tout un chacun, apprendre de tout un chacun et expérimenter la vie avec tout un chacun. Nous ne pourrons jamais établir la paix sans la compréhension de la douleur résidant dans le cœur de chacun. Plus nous interagirons, plus nous réaliserons que notre humanité transcende nos différences.

Visez à créer un dialogue libre de toute attente

L’art sous n’importe quelle forme offre un moyen d’établir un dialogue, ce qui fait donc de l’art un outil puissant. Il est temps pour le monde de la musique de créer des histoires sonores évoquant les mystères de notre humanité. Quand nous parlons des mystères de notre humanité, nous voulons dire réfléchir et remettre en question les peurs qui nous empêchent de découvrir la source infinie de courage reposant en chacun de nous. Oui, vous avez ce qu’il faut. Oui, vous êtes importante. Oui, vous devriez continuer.

Faites gaffe à l’égo

L’arrogance peut se développer chez les artistes, entre autres chez celles et ceux qui croient que leur statut les rend plus importants, ou encore chez celles et ceux qui pensent qu’évoluer dans un certain milieu artistique leur permet d’exercer sur les autres une sorte de supériorité. Faites attention à l’égo : la créativité ne peut surgir quand seul l’égo est comblé.

Travaillez vers une industrie sans frontières

Il y a dans le domaine médical une organisation nommée Médecins sans frontières. Cet effort louable peut servir de modèle pour transcender les limites et stratégies de vieilles formules d’affaires consistant à perpétuer les anciens systèmes aux dépens des nouveaux. Nous nous adressons directement au système en place, un système qui conditionne les consommateurs à acheter les produits qu’on dicte comme étant vendables, un système où l’argent est seulement un moyen d’obtenir une fin. L’industrie de la musique est une fraction de l’industrie de la vie. Vivre selon une intégrité créatrice peut engendrer des bienfaits jamais entrevus.

Reconnaissez la valeur de la génération précédente

Vos ainées peuvent vous aider. Ils et elles sont une source de richesse à l’état de sagesse. Ils et elles ont traversé tempêtes et peines d’amour; laissez leurs combats devenir des lumières qui éclairent votre chemin dans le noir. Ne perdez pas de temps à répéter leurs erreurs. À la place, apprenez de ce qu’ils ont fait et catapultez-vous dans la construction progressive d’un monde meilleur pour la progéniture à venir.

Vivez dans un état d’émerveillement constant

En vieillissant, certaines parties de notre imagination ramollissent. Que ce soit causé par la tristesse, une lutte incessante, ou encore un conditionnement social, il arrive qu’en chemin l’on oublie la façon d’accéder à la source de magie inhérente à notre esprit. Ne laissez pas cette partie de votre imagination s’estomper : regardez les étoiles et imaginez l’émotion que vous auriez en tant qu’astronaute ou pilote; imaginez-vous explorant les pyramides ou le Machu Picchu; imaginez-vous volant comme un oiseau ou traversant un mur comme Superman; imaginez-vous courant avec les dinosaures ou nageant telles des créatures marines. Tout ce qui existe est le fruit de l’imagination de quelqu’un; choyez et entretenez la vôtre, et vous serez en permanence sur le précipice de la découverte.

Vous vous demandez « comment tout ceci peut nous mener à une société paisible. » Ça commence par une visée. Votre visée a pour effet de façonner votre future et celui de celles et ceux qui vous entourent. Soyez les leaders du film de votre vie. Vous êtes la réalisatrice, la directrice et l’actrice. Soyez audacieuses et faites preuve d’une compassion incessante tout en dansant dans le voyage que représente cette existence.

 

Traduction libre S. Picard

Source : http://nesthq.com/wayne-shorter-herbie-hancock-open-letter/

On parle de Gloria dans La Tribune.

«Si on voulait qualifier le travail du compositeur et guitariste de jazz Sylvain Picard, on pourrait parler d’audace, d’inspiration, de poésie… »

Gloria
Ensemble Sylvain Picard
Sylvain Picard – compositions et guitare
Yannick Rieu – saxophones ténor et soprano
Maxime St-Pierre – trompette et bugle
Guy Boisvert – Contrebasse

Concert
Mardi 22 mars, 20h
Le Théâtre Centennial

Billets : http://tinyurl.com/z27x486

www.sylvainpicard.com/gloria

La fabrique Culturelle

Récemment, j’étais à Sherbrooke pour effectuer une tournée des médias afin d’y présenter Gloria.

À la tombée de la journée, à l’heure où la lumière se fait orangée, La Fabrique culturelle était là pour capter un extrait de Gloria avec la qualité qu’on leur connait. (Clique sur l’image pour l’écouter)

Merci à la pétillante Sonia Patenaude et à toute l’équipe du Théâtre Centennial pour l’organisation de cette riche et vivifiante journée.

Gloria - live

Merci à toi qui es venu au concert lancement de Gloria (de corps et/ou d’esprit sans exclure la possibilité d’autre chose). Vendredi dernier, dans la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, ton écoute était si affable que même les mouches étaient gênées de battre des ailes… tandis que les sourires volaient en essaim pendant que les sons défilaient en carrousel entre les bateaux ex-voto de la chapelle.

Merci d’avoir été là, à ta façon
Ému d’avoir fêté en ta généreuse, bienveillante et gripette présence
Ravi d’avoir partagé ce moment entre les crevasses du temps ensemble
Content d’avoir cueilli les fruits du silence avec toi
Imagine, après le calme suspendu dans l’œil du cyclone, un orage de fruits…

• Daniel LeBlond, s.j. pour sa confiance et la possibilité de créer cette œuvre
• Yannick Rieu, Maxime St-Pierre et Guy Boisvert pour votre générosité et votre talent : maudit que vous êtes bons !
• Adrian Vedady d’avoir contribué à établir les fondations du projet
• Robert Heaney mon « Bobby Knobs » ! pour les heures à faire de la cuisine sonore ensemble
• Mathieu Dulong et Harris Newman pour le son si bon
• Enrique Uranga, maître de l’intangible pour tes sacrées belles photos – www.uranga.ca
• Wai-Yin Kwok pour ton soucis du détail et la tournure juste en chinois traditionnel
• Senor Chuck Hobson pour ton amitié et tes corrections de mon anglais
• Bernard Thériault (Note Musik) pour ta confiance
• Annie Cantin (Outside Music) pour tes encouragements
• Simon Fauteux et Larissa Souline de SIX media marketing vous assurez rare!
• TAZ qui m’a aidé à garder le cap par vents fous
• Toute la famille et les amiEs, connuEs ou à connaître, qui ont acheté le disque en pré-vente : merci d’y avoir cru ! Vous m’avez donné de l’énergie
• L’équipe de la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours : Diane, Line, Sébastien et Félix
• Merci à la La Face Cachée de la Pomme pour les Bulles de Neige (cidre mousseux) et le Neige (cidre de glace) – www.lafacecachee.com


Gloria - pochette recto

Gloria
C’est aujourd’hui le jour « G »

Salut, salut !
J’espère que tu vas bien en cette période de cueillette de pommes et de festives couleurs d’automne. Moi, j’ai tellement de papillons dans l’estomac à l’idée de lancer Gloria ce soir, que j’ai failli m’envoler de ma chaise tout à l’heure… Ha haaa! Tu vois ça d’ici…

D’ailleurs, viens donc faire ton tour! Si on se fie à cette critique, c’est de se faire un cadeau que d’y aller. En tout cas, moi et mes potes Yannick Rieu, Maxime St-Pierre et Guy Boisvert on y sera, et en pleine forme!

Si tu ne peux pas t’y rendre, selon l’auteur de ce blogue, ce n’est pas grave car « Gloria de Sylvain Picard est comme une messe très cool que l’on aura envie de célébrer pour les siècles des siècles. » Mais ça me ferait quand même plaisir de t’y voir.

Il y a des billets ici, à l’incontournable boutique l’Oblique et sur place.

Au plaisir de prendre le temps ensemble

Vendredi 25 septembre 2015 à 19h30
Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
400, rue Saint-Paul Est
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 1H4
(métro Champ-de-Mars)

Billets
19h30 – ouverture des portes
20h00 – concert
21h30 – cocktail de bulles de neige et
vernissage d’Enrique Uranga

Gloria - pochette verso

 

Gloria de Sylvain Picard - Écoute intégrale

« Gloria de Sylvain Picard est comme une messe très cool que l’on aura envie de célébrer pour les siècles des siècles. »

GLORIA – Lancement d’album & concert
Vendredi 25 septembre 2015 à 19h30
Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
400, rue Saint-Paul Est
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 1H4

Billets
http://sylvainpicard.com/billets

GLORIA – lancement d’album et concert
Vendredi, le 25 septembre 2015 à 19h30
Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
400, rue Saint-Paul Est
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 1H4

BilletsGloria de Sylvain Picard - câbles

Pour en savoir plus sur les origines des musiques de Gloria (album à paraître le 25 septembre), voici une entrevue écrite donnée à Claude Thibault de Sortiesjazznights.com

CT sortiesjazznights – Salut Sylvain, la suite jazz Gloria est une commande de l’Église du Gesù, lieu de culte de la rue Bleury, aussi bien connu pour son Centre de créativité, pourquoi une église voudrait-t-elle présenter un tel projet ?

SP – Cette invitation m’a été lancée en 2012, et la première représentation en a été faite le 6 juillet 2013. Je ne connais pas leur motivation exacte à propos de cette suite-jazz écrite selon la structure d’une messe traditionnelle (introït, kyrie, gloria, psaume, alléluia, etc.) Par contre, je peux te dire où nos univers se rejoignaient. La musique possède entre autres le pouvoir de rassembler et d’unir des gens entre eux et en eux, de créer une sorte de communion spontanée. Cette manifestation d’un des effets de la musique revêt le sens noble du concept de religion – car, religion vient du latin religare qui veut dire relier. Donc, c’est à cet endroit précis que nos perspectives se rejoignaient. La tradition de la musique sacrée remonte à très loin. Mozart, Bach et Stravinsky et tant d’autres en ont composé de superbes. Du côté du jazz, Duke Ellington a composé nombre de pièces de musique sacrée et Charles Mingus y a fait allusion à maintes reprises. Eu égard à ces standards, la composition d’une messe représentait un défi de taille pour moi. Donc, au lieu de crouler sous la pression de faire aussi bien ou mieux que ceux-ci, j’ai choisi de traduire musicalement mes émotions le plus fidèlement possible, en toute confiance, dans un esprit, non pas de compétition, mais de partage sincère et enjoué. Avec cette idée en tête, la musique s’est toujours imposée d’elle-même. L’émotion prime le style.

CT – Que veut-tu partager et faire passer comme message, si message il y a, avec Gloria ?

SP – Gloria, c’est comme 10 films pour les oreilles qui racontent l’aventure humaine dans ce qu’elle de plus beau et déchirant. Aussi, c’est une musique dont l’auditeur est le héros : elle n’impose pas (en répétant des paroles, par exemple), elle suggère. L’auditeur s’en fait son propre cinéma selon ses dispositions. Idéalement, l’ensemble est un voyage hors du temps à partager en bonne compagnie.

CT – Tu pourrais élaborer sur ton choix d’instrumentation (guitare, sax, trompette, basse) ainsi que les musiciens du projet ?

SP – Parlons des absents d’abord : il n’y a pas de batterie. J’ai choisi de ne pas en inclure à cause de la réverbération dans l’église – je trouvais que ça nuirait à l’ensemble des nuances. À propos de l’instrumentation donc, pour les personnages principaux j’ai choisi le duo saxophone ténor et trompette (j’aime beaucoup l’usage qu’en font Horace Silver et Dave Douglas, par exemple), mais aussi le duo saxophone soprano et flugelhorn. Pour soutenir et propulser le tout, il y a la contrebasse. Puis, la guitare vient ponctuer et colorer le paysage sonore. Je suis ravi de jouer avec des musiciens expérimentés, ouverts, attentifs et généreux. Yannick Rieu (saxophones) traduit d’une façon sublime les idées musicales proposées dans mes compositions : il peut les amener dans des endroits dont je n’aurais même pas soupçonné l’existence. On explore, donc. Maxime St-Pierre est aux trompettes pour sa force et sa musicalité : les phrases musicales arrivent à sa trompette comme les outardes reviennent au printemps (autrement dit, c’est d’un naturel désarmant.) Guy Boisvert, que j’aime à appeler Guy « de velours » est la contrebasse. Comme son surnom le laisse entendre, il a un son velouté, satiné même, mais lorsque la musique le nécessite, sa basse montre ses crocs…

CT – Au niveau de l’écriture, quel est ton processus de création ?

SP – Quand je compose, je le fais toujours à partir d’émotions ou d’histoires. Donc, chacune des pièces de Gloria raconte musicalement quelque chose qui m’est arrivé. Mon défi réside surtout dans le fait de traduire de façon convaincante ces émotions en musique, ce qui peut être ardu et pénible, mais ô combien réjouissant lorsque l’exercice réussit! Aussi, afin de favoriser l’imagination et le développement de l’oreille interne, j’écris toutes mes partitions à la main sur du papier de chef d’orchestre. Hé oui! C’est une méthode un peu anachronique en 2015, mais quand on se donne le temps, c’est la musique qui y gagne…

CT – Qu’est-ce qui t’a inspiré à présenter ce projet spécifiquement à la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours ?

SP – Je n’étais pas certain de le faire là avant d’y avoir répété avec l’ensemble; après, j’en étais certain. Le son y voyage et mûrit bien et l’équipe qui y travaille est chaleureuse. Ayant été construit en 1771, l’endroit lui-même dégage une atmosphère riche qui est difficile à expliquer à quelqu’un qui ne l’a pas ressenti (tenter de le faire serait comme essayer de décrire le goût des champignons…)

CT – Comment décrirait-tu le style musical de ce projet aux lecteurs ?

SP – Un heureux mélange entre les univers de Charles Mingus, Igor Stravinsky et Harry Potter.

CT – Quelle musique écoutes-tu dans la vie de tous les jours ?

SP – Ça dépend de mon humeur : en général, j’aime le silence; sinon, j’écoute ces temps-ci Mike Moreno, Medeski Scofield Martin & Wood, Charles Mingus, Kenny Wheeler, Dave Douglas, Terrence Blanchard et mononcles Igor [Stravinsky] et Momo [Ravel]. J’ai une affection particulière pour le travail de René Lussier et Richard Desjardins.

CT – Si tu avait le choix de jouer avec n’importe quel artiste, vivant ou décédé, ça serait qui ?

SP – Brian Blade! C’est un musicien de génie. J’ai écouté plusieurs de ses concerts et à mon avis, il n’y a que très peu ou pas de distance entre le moment où il conçoit une idée et son exécution – c’est la liberté en action… et ça, c’est drôlement inspirant!

Source : http://www.sortiesjazznights.com/

Extrait : https://www.youtube.com/watch?v=n9JTXSwt4eI#t=39

https://youtu.be/ao_8yguexbg

GLORIA Concert-Lancement
Vendredi 25 septembre 2015 à 19h30
Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
400, rue Saint-Paul Est
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 1H4
(métro Champ-de-Mars)

Gloria c’est 10 films pour les oreilles joués par quatre musiciens complices. Cette luxuriante suite-jazz de 10 mouvements explore l’aventure humaine avec un esprit suave et fougueux. Une sacrée musique!

Billets

Gloria - PochetteNous sommes fiers de vous inviter au lancement concert de GLORIA. Enregistré en mars dernier par Rob Heaney (récipiendaire de prix Grammy), GLORIA c’est 10 films pour les oreilles joués par quatre musiciens complices. Cette luxuriante suite-jazz de 10 mouvements explore l’aventure humaine dans l’esprit de Kenny Wheeler, Charles Mingus et Stravinsky.

On retrouvera sur scène (et sur disque)
Sylvain Picard | compositions et guitare
Yannick Rieu | saxophones ténor et soprano
Maxime St-Pierre | trompette et flügelhorn
Guy Boisvert | contrebasse

La captation sonore a été fait par Rob «Bobby Knobs» Heaney et Mathieu Dulong
Le mix par Rob «Bobby Knobs» Heaney et Sylvain Picard
Matriçage d’Harris Newman – Greymarket Mastering
Les photos et le graphisme par Enrique «Henri Quoi» Uranga

La révision du texte anglais par Chuck Hobson
La traduction du texte chinois par Wai-Yin Kwok

GLORIA – Lancement d’album & concert
Vendredi 25 septembre 2015 à 19h30
Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
400, rue Saint-Paul Est
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 1H4

Billets deux options
– Concert de lancement – 20$
– Concert de lancement avec CD – 30$ (offre promotionnelle)
http://sylvainpicard.com/tickets

www.sylvainpicard.com

« “Je ne cherche pas, je trouve”, dit Picasso, se situant bien au-delà du doute. C’est là la vérité de tout artiste. Celui-ci n’est pas dans l’équivoque. Il est une plénitude en acte. Il ne s’intéresse pas aux palabres et il tranche à tout moment en faveur de ce qu’il ne connaît pas mais va connaître.

L’activité propre de l’artiste se tourne par elle-même et de son fait vers la joie, malgré les misères qu’il peut éprouver, y compris celle de son art. L’acte d’art se porte vers le bonheur d’une écriture, d’une couleur, à travers laquelle l’artiste touche de la sorte au bonheur, serait-ce dans l’inquiétude, voire dans l’angoisse, qui accompagnent l’acte de créer. »

Extrait tiré de la page 68 de l’essai La clef de voûte, de Pierre Vadeboncoeur publié chez Bellarmin en 2008.