Category: poésie

En 2012, inspiré par les événements socio-politiques de ce qu’on appelle maintenant Printemps Érable, j’ai composé Brûlot de printemps pour Magnitude6 (quintette de cuivre et percussion).

Je me suis imposé plusieurs contraintes afin de clarifier mes idées, de leurs donner une direction. Tout d’abord, la mélodie. Celle-ci est un calque direct du slogan entendu lors des manifestations : «La loi spéciale . . … On s’en câlice . . …» L’intervalle important ici est la tierce mineure descendante (prenons mi-do# par exemple). Toutes les mélodies de toutes les sections ont été élaborées à partir de variations de ce thème.

Ensuite, afin de démontrer la différence de discours entre celui du premier ministre et celui de la partie du peuple s’y opposant, j’ai essayé de donner des personnalités aux différentes parties. Il y a un donc un contraste marqué entre la mélodie de la trompette 1 (qui dépeint le représentant du gouvernement faisant la sourde oreille et sifflant comme une serin) et le reste de l’ensemble (qui représente en quelque sorte, la grogne de la population manifestant pour faire entendre ses revendications.)

À l’image de la turbulence du printemps, c’est une pièce qui brasse.

Les musiciens de Magnitude6 sont des virtuoses consommés :
Thierry Champs, Trompette
Frédéric Demers, Trompette
Frédéric Lapointe, Batterie
Laurence Latreille-Gagné, Cor
Samuel Lalande-Markon, Tuba
Simon Jolicoeur-Côté, Trombone

On parle de Gloria dans La Tribune.

«Si on voulait qualifier le travail du compositeur et guitariste de jazz Sylvain Picard, on pourrait parler d’audace, d’inspiration, de poésie… »

Gloria
Ensemble Sylvain Picard
Sylvain Picard – compositions et guitare
Yannick Rieu – saxophones ténor et soprano
Maxime St-Pierre – trompette et bugle
Guy Boisvert – Contrebasse

Concert
Mardi 22 mars, 20h
Le Théâtre Centennial

Billets : http://tinyurl.com/z27x486

www.sylvainpicard.com/gloria

La fabrique Culturelle

Récemment, j’étais à Sherbrooke pour effectuer une tournée des médias afin d’y présenter Gloria.

À la tombée de la journée, à l’heure où la lumière se fait orangée, La Fabrique culturelle était là pour capter un extrait de Gloria avec la qualité qu’on leur connait. (Clique sur l’image pour l’écouter)

Merci à la pétillante Sonia Patenaude et à toute l’équipe du Théâtre Centennial pour l’organisation de cette riche et vivifiante journée.

Une critique de Gloria dans le Journal Le Mouton Noir (par Jacques Bérubé)

« Sylvain Picard est l’un des secrets les mieux gardés du jazz au Québec. Et comme le jazz au Québec relève parfois lui-même du secret, notre type, guitariste compositeur de son état, commence à être difficile à tracer. Bien sûr, la présence d’un bon et grand festival de jazz en cette cité — dite du bonheur — de Rimouski pourrait aider à la découverte, mais… pas t’encore.

MÈCHE ALLUMÉE

J’ai connu Sylvain Picard par l’album de son trio, Airs à faire frire, librement inspiré de la suite Airs à faire fuir d’Erik Satie et saluant tout autant son professeur de kung-fu que Saint-Exupéry et les réalisateurs de films expérimentaux. Une belle trouvaille qui rappelait au vieux rocker que je suis une certaine époque de King Crimson mais aussi la musique bigarrée dite « jazz blanc » des Terje Rypdal et autres Abercrombie de l’écurie ECM.

La dernière œuvre de Sylvain Picard, Gloria, a été produite par Note Musik de Rimouski. La composition et l’enregistrement —impeccable! — de Gloria découlent d’une commande de « messe jazz de rite catholique romain » reçue de l’église du Gésu, qui est aussi une salle de production culturelle, de Montréal. Mais attention, ce n’est pas un disque pour grenouilles de bénitier, et les amateurs de belle musique, mécréants compris, y trouveront leur compte. C’est un album concept défini par son compositeur comme « une suite jazz luxuriante de dix films pour l’oreille jouée par quatre musiciens complices ». Outre Sylvain Picard à la guitare et à la composition, les autres célébrants — ceci était ma dernière allusion cléricale  — sont Yannick Rieu aux saxophones, Maxime St-Pierre à la trompette et au flugelhorn et Guy Boisvert à la contrebasse. Belle brochette!

Oui, les titres réfèrent à une messe : Kyrie, Agnus dei, Offertoire, Psaume, Action de grâce, etc., mais j’oserais dire que ce sont là les seules références à l’église. Dans le livret, Sylvain Picard parle de l’une de ses intentions de création — pour la pièce Alléluia — : « dépeindre musicalement l’émotion vivifiante que l’on ressent en contemplant les jeux d’ombre et de lumière dans les feuilles, les fleurs et les fruits d’un arbre luxuriant. »

Ça coule, ça transporte, ça touche, ça atteint son but. Nous sommes avec Gloria en contact intime avec une grande œuvre musicale, recherchée et très inspirée. C’est d’ailleurs probablement dans ce dernier qualificatif que réside sa connotation la plus spirituelle. »

 

 

Depuis quelques jours, la mélodie de cette pièce de Daniel Bélanger me trottait dans la tête. J’avais donc envie de me l’approprier et de la partager.

https://www.facebook.com/Sylvainpicardelixirmusiques/photos/a.456806561038026.134160.179808362071182/1041876515864358/?type=3&theater

Gloria au premier rang du palmarès jazz et blues de CIBL (bis)

Prochain concert :
20 novembre @ Victoriaville Le Carré 150 – Cabaret Guy – Billets

https://www.facebook.com/Sylvainpicardelixirmusiques/photos/a.456806561038026.134160.179808362071182/1039170096135000/?type=3&theater

On peut écouter la musique et découvrir la genèse du projet ici : Gloria

 

Céphalopodes

En soirée d’ouverture du phénoménal Festival Phénomena, se retrouvait Céphalopodes, orchestre tentaculaire mené de mains de maître par le pirate sonore René Lussier. L’idée derrière le projet était d’abord une analogie entre le céphalopode et « les réseaux tentaculaires qui s’insinuent au cœur de nos sociétés pour y étouffer l’idée même de liberté. » Pari relevé avec brio!

Les univers sonores de René Lussier nous enveloppaient et nous faisaient voyager de paysage onirique en paysage onirique. La musique suggérant tantôt les fonds marins, tantôt une poursuite surréelle, tantôt la vie amoureuse de deux bêtes océaniques… Les musiciens ont eu tour à tour eu leur occasion de briller, et cela, toujours au service du propos.

Livrés avec une joie féroce toute en retenue par Paule Marier et Stéphane Crête, les textes étaient tout simplement jouissifs.

Même si nous avons passé un bon moment, même si le spectacle nous a fait un bien fou, l’œuvre a ouvert une lézarde dans nos limites en nous imposant, par sa seule essence, l’obligation de la conscience et de la réflexion. Un spectacle tonique! Du grand art, à consommer… sans modération!

Vendredi 16 octobre 2015, La Sala Rossa

René Lussier: guitare électrique, chef; Stéphane Crête: textes; Paule Marier: textes; Marie Bernard: ondes Martenot; Julie Houle: tuba; Pierre Langevin: clarinettes; Nancy Tobin: souffle; Stefan Schneider: batterie

Gloria - live

Merci à toi qui es venu au concert lancement de Gloria (de corps et/ou d’esprit sans exclure la possibilité d’autre chose). Vendredi dernier, dans la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, ton écoute était si affable que même les mouches étaient gênées de battre des ailes… tandis que les sourires volaient en essaim pendant que les sons défilaient en carrousel entre les bateaux ex-voto de la chapelle.

Merci d’avoir été là, à ta façon
Ému d’avoir fêté en ta généreuse, bienveillante et gripette présence
Ravi d’avoir partagé ce moment entre les crevasses du temps ensemble
Content d’avoir cueilli les fruits du silence avec toi
Imagine, après le calme suspendu dans l’œil du cyclone, un orage de fruits…

• Daniel LeBlond, s.j. pour sa confiance et la possibilité de créer cette œuvre
• Yannick Rieu, Maxime St-Pierre et Guy Boisvert pour votre générosité et votre talent : maudit que vous êtes bons !
• Adrian Vedady d’avoir contribué à établir les fondations du projet
• Robert Heaney mon « Bobby Knobs » ! pour les heures à faire de la cuisine sonore ensemble
• Mathieu Dulong et Harris Newman pour le son si bon
• Enrique Uranga, maître de l’intangible pour tes sacrées belles photos – www.uranga.ca
• Wai-Yin Kwok pour ton soucis du détail et la tournure juste en chinois traditionnel
• Senor Chuck Hobson pour ton amitié et tes corrections de mon anglais
• Bernard Thériault (Note Musik) pour ta confiance
• Annie Cantin (Outside Music) pour tes encouragements
• Simon Fauteux et Larissa Souline de SIX media marketing vous assurez rare!
• TAZ qui m’a aidé à garder le cap par vents fous
• Toute la famille et les amiEs, connuEs ou à connaître, qui ont acheté le disque en pré-vente : merci d’y avoir cru ! Vous m’avez donné de l’énergie
• L’équipe de la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours : Diane, Line, Sébastien et Félix
• Merci à la La Face Cachée de la Pomme pour les Bulles de Neige (cidre mousseux) et le Neige (cidre de glace) – www.lafacecachee.com


Gloria - pochette recto

Gloria
C’est aujourd’hui le jour « G »

Salut, salut !
J’espère que tu vas bien en cette période de cueillette de pommes et de festives couleurs d’automne. Moi, j’ai tellement de papillons dans l’estomac à l’idée de lancer Gloria ce soir, que j’ai failli m’envoler de ma chaise tout à l’heure… Ha haaa! Tu vois ça d’ici…

D’ailleurs, viens donc faire ton tour! Si on se fie à cette critique, c’est de se faire un cadeau que d’y aller. En tout cas, moi et mes potes Yannick Rieu, Maxime St-Pierre et Guy Boisvert on y sera, et en pleine forme!

Si tu ne peux pas t’y rendre, selon l’auteur de ce blogue, ce n’est pas grave car « Gloria de Sylvain Picard est comme une messe très cool que l’on aura envie de célébrer pour les siècles des siècles. » Mais ça me ferait quand même plaisir de t’y voir.

Il y a des billets ici, à l’incontournable boutique l’Oblique et sur place.

Au plaisir de prendre le temps ensemble

Vendredi 25 septembre 2015 à 19h30
Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
400, rue Saint-Paul Est
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 1H4
(métro Champ-de-Mars)

Billets
19h30 – ouverture des portes
20h00 – concert
21h30 – cocktail de bulles de neige et
vernissage d’Enrique Uranga

Gloria - pochette verso