Category: crowdfunding


Gloria - pochette recto

Gloria
C’est aujourd’hui le jour « G »

Salut, salut !
J’espère que tu vas bien en cette période de cueillette de pommes et de festives couleurs d’automne. Moi, j’ai tellement de papillons dans l’estomac à l’idée de lancer Gloria ce soir, que j’ai failli m’envoler de ma chaise tout à l’heure… Ha haaa! Tu vois ça d’ici…

D’ailleurs, viens donc faire ton tour! Si on se fie à cette critique, c’est de se faire un cadeau que d’y aller. En tout cas, moi et mes potes Yannick Rieu, Maxime St-Pierre et Guy Boisvert on y sera, et en pleine forme!

Si tu ne peux pas t’y rendre, selon l’auteur de ce blogue, ce n’est pas grave car « Gloria de Sylvain Picard est comme une messe très cool que l’on aura envie de célébrer pour les siècles des siècles. » Mais ça me ferait quand même plaisir de t’y voir.

Il y a des billets ici, à l’incontournable boutique l’Oblique et sur place.

Au plaisir de prendre le temps ensemble

Vendredi 25 septembre 2015 à 19h30
Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
400, rue Saint-Paul Est
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 1H4
(métro Champ-de-Mars)

Billets
19h30 – ouverture des portes
20h00 – concert
21h30 – cocktail de bulles de neige et
vernissage d’Enrique Uranga

Gloria - pochette verso

 

GLORIA – lancement d’album et concert
Vendredi, le 25 septembre 2015 à 19h30
Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
400, rue Saint-Paul Est
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 1H4

BilletsGloria de Sylvain Picard - câbles

Pour en savoir plus sur les origines des musiques de Gloria (album à paraître le 25 septembre), voici une entrevue écrite donnée à Claude Thibault de Sortiesjazznights.com

CT sortiesjazznights – Salut Sylvain, la suite jazz Gloria est une commande de l’Église du Gesù, lieu de culte de la rue Bleury, aussi bien connu pour son Centre de créativité, pourquoi une église voudrait-t-elle présenter un tel projet ?

SP – Cette invitation m’a été lancée en 2012, et la première représentation en a été faite le 6 juillet 2013. Je ne connais pas leur motivation exacte à propos de cette suite-jazz écrite selon la structure d’une messe traditionnelle (introït, kyrie, gloria, psaume, alléluia, etc.) Par contre, je peux te dire où nos univers se rejoignaient. La musique possède entre autres le pouvoir de rassembler et d’unir des gens entre eux et en eux, de créer une sorte de communion spontanée. Cette manifestation d’un des effets de la musique revêt le sens noble du concept de religion – car, religion vient du latin religare qui veut dire relier. Donc, c’est à cet endroit précis que nos perspectives se rejoignaient. La tradition de la musique sacrée remonte à très loin. Mozart, Bach et Stravinsky et tant d’autres en ont composé de superbes. Du côté du jazz, Duke Ellington a composé nombre de pièces de musique sacrée et Charles Mingus y a fait allusion à maintes reprises. Eu égard à ces standards, la composition d’une messe représentait un défi de taille pour moi. Donc, au lieu de crouler sous la pression de faire aussi bien ou mieux que ceux-ci, j’ai choisi de traduire musicalement mes émotions le plus fidèlement possible, en toute confiance, dans un esprit, non pas de compétition, mais de partage sincère et enjoué. Avec cette idée en tête, la musique s’est toujours imposée d’elle-même. L’émotion prime le style.

CT – Que veut-tu partager et faire passer comme message, si message il y a, avec Gloria ?

SP – Gloria, c’est comme 10 films pour les oreilles qui racontent l’aventure humaine dans ce qu’elle de plus beau et déchirant. Aussi, c’est une musique dont l’auditeur est le héros : elle n’impose pas (en répétant des paroles, par exemple), elle suggère. L’auditeur s’en fait son propre cinéma selon ses dispositions. Idéalement, l’ensemble est un voyage hors du temps à partager en bonne compagnie.

CT – Tu pourrais élaborer sur ton choix d’instrumentation (guitare, sax, trompette, basse) ainsi que les musiciens du projet ?

SP – Parlons des absents d’abord : il n’y a pas de batterie. J’ai choisi de ne pas en inclure à cause de la réverbération dans l’église – je trouvais que ça nuirait à l’ensemble des nuances. À propos de l’instrumentation donc, pour les personnages principaux j’ai choisi le duo saxophone ténor et trompette (j’aime beaucoup l’usage qu’en font Horace Silver et Dave Douglas, par exemple), mais aussi le duo saxophone soprano et flugelhorn. Pour soutenir et propulser le tout, il y a la contrebasse. Puis, la guitare vient ponctuer et colorer le paysage sonore. Je suis ravi de jouer avec des musiciens expérimentés, ouverts, attentifs et généreux. Yannick Rieu (saxophones) traduit d’une façon sublime les idées musicales proposées dans mes compositions : il peut les amener dans des endroits dont je n’aurais même pas soupçonné l’existence. On explore, donc. Maxime St-Pierre est aux trompettes pour sa force et sa musicalité : les phrases musicales arrivent à sa trompette comme les outardes reviennent au printemps (autrement dit, c’est d’un naturel désarmant.) Guy Boisvert, que j’aime à appeler Guy « de velours » est la contrebasse. Comme son surnom le laisse entendre, il a un son velouté, satiné même, mais lorsque la musique le nécessite, sa basse montre ses crocs…

CT – Au niveau de l’écriture, quel est ton processus de création ?

SP – Quand je compose, je le fais toujours à partir d’émotions ou d’histoires. Donc, chacune des pièces de Gloria raconte musicalement quelque chose qui m’est arrivé. Mon défi réside surtout dans le fait de traduire de façon convaincante ces émotions en musique, ce qui peut être ardu et pénible, mais ô combien réjouissant lorsque l’exercice réussit! Aussi, afin de favoriser l’imagination et le développement de l’oreille interne, j’écris toutes mes partitions à la main sur du papier de chef d’orchestre. Hé oui! C’est une méthode un peu anachronique en 2015, mais quand on se donne le temps, c’est la musique qui y gagne…

CT – Qu’est-ce qui t’a inspiré à présenter ce projet spécifiquement à la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours ?

SP – Je n’étais pas certain de le faire là avant d’y avoir répété avec l’ensemble; après, j’en étais certain. Le son y voyage et mûrit bien et l’équipe qui y travaille est chaleureuse. Ayant été construit en 1771, l’endroit lui-même dégage une atmosphère riche qui est difficile à expliquer à quelqu’un qui ne l’a pas ressenti (tenter de le faire serait comme essayer de décrire le goût des champignons…)

CT – Comment décrirait-tu le style musical de ce projet aux lecteurs ?

SP – Un heureux mélange entre les univers de Charles Mingus, Igor Stravinsky et Harry Potter.

CT – Quelle musique écoutes-tu dans la vie de tous les jours ?

SP – Ça dépend de mon humeur : en général, j’aime le silence; sinon, j’écoute ces temps-ci Mike Moreno, Medeski Scofield Martin & Wood, Charles Mingus, Kenny Wheeler, Dave Douglas, Terrence Blanchard et mononcles Igor [Stravinsky] et Momo [Ravel]. J’ai une affection particulière pour le travail de René Lussier et Richard Desjardins.

CT – Si tu avait le choix de jouer avec n’importe quel artiste, vivant ou décédé, ça serait qui ?

SP – Brian Blade! C’est un musicien de génie. J’ai écouté plusieurs de ses concerts et à mon avis, il n’y a que très peu ou pas de distance entre le moment où il conçoit une idée et son exécution – c’est la liberté en action… et ça, c’est drôlement inspirant!

Source : http://www.sortiesjazznights.com/

Extrait : https://www.youtube.com/watch?v=n9JTXSwt4eI#t=39

L’ami Charles Duquette (percussionniste compositeur ou vis versa) mène de mains de maîtres la festive Fanfare Jarry depuis quelques temps déjà.

Je suis fan! Ce sont des musiques qui provoquent la fête et incitent à la danse. En show, ça décape!

En voici un extrait [soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/80443200″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Charles et les nombreux copains sont à enregistrer le premier album de ladite formation.

On peut y contribuer selon différents forfaits : Fish’n’chipPork ribs, Bavette 5 poivres, Tartare de boeuf… Que du bon!

Ça se passe ici : https://www.indiegogo.com/projects/album-la-1re-fois-fanfare-jarry

 

 

Salut!

Le 24 avril dernier, accompagnés de Yannick Rieu, Maxime St-Pierre et Adrian Vedady, nous présentions Gloria (une œuvre de musique sacrée que j’ai composée) à la Maison de la culture du Plateau Mont-Royal. Voici une captation vidéo de l’Introït (Suite souveraine) tirée de ce concert.

La Suite souveraine se décline en trois mouvements :

  • L’heure de pointe
  • Le recueillement
  • La déambulation d’été

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=Lli0RwY83Ik]

Nous sommes présentement en campagne de financement afin d’amasser des fonds pour enregistrer un album de Gloria. En savoir plus

Bouton_Contribuer_bkgd_transparent

Introït (extrait de Gloria par Sylvain Picard)
Enregistré le 24 avril 2014 à la Maison de la culture du Plateau Mont-Royal

Musiciens
– Sylvain Picard – compositions et guitare
– Yannick Rieu – saxophones ténor et soprano
– Maxime St-Pierre – flugelhorn
– Adrian Vedady – contrebasse

Enregistrement
Maxime Doyer – prise de son
Sylvain Picard – mix

Images et montage
Nicolas Lavoie-Lacombe

© 2014 Sylvain Picard (SOCAN)
℗ 2014 身 Shēn Records

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=-i6uso6IySk]

Salut!

En 2013, suite à une commande que j’ai reçu de l’église du Gesù, j’ai composé Gloria. Je crois que c’est la première messe-jazz écrite au Québec.

Gloria c’est une suite jazz de 10 pièces écrites pour les musiciens suivant :

  • Sylvain Picard – compositions et guitare
  • Yannick Rieu – saxophones ténor et soprano
  • Maxime St-Pierre – trompette et flugelhorn
  • Adrian Vedady – contrebasse

Aujourd’hui, je souhaite enregistrer de façon indépendante un album regroupant l’ensemble des pièces de Gloria. Nous sommes présentement en campagne de sociofinancement afin de ramasser des fonds pour réaliser ce projet d’enregistrement.

En gros, en échange de contreparties généreuses (allant de téléchargement et copie de CD à concerts privés), le public est invité à contribuer généreusement au projet.

On peut obtenir plus d’informations et y contribuer ici

Bouton_Contribuer_bkgd_transparent

 

 

Gloria

C’est une suite jazz originale dont l’essence est la célébration de l’humanité. Jouée par quatre jazzmen hors pairs, Gloria propose une expérience fraternel tout en contraste.

Sylvain Picard – compositions et guitare
Yannick Rieu – saxophones ténor et soprano
Maxime St-Pierre – trompette et flugelhorn
Adrian Vedady – contrebasse

Le projet

Ce projet consiste en la production d’un album des pièces de Gloria. Ceci se fera en plusieurs étapes :

  • enregistrer les pièces de Gloria en studio;
  • documenter la séance d’enregistrement par des captations vidéos et photographies;
  • mixer et matricer l’enregistrement;
  • faire une infographie de la pochette;
  • engager un.une relationniste de presse;
  • louer une salle de spectacle;
  • faire un concert-lancement.

Cet album nous aidera à organiser des tournées afin de partager ces musiques à l’international.

Ce dont nous avons besoin et ce que vous recevez

En contribuant à ce projet, vous prenez part à une entreprise inédite : l’enregistrement, grâce à un sociofinancement, d’une œuvre de musique sacrée instrumentale! Du jamais vu, au Québec.

Toutes les contributions nous servirons à mener ce projet à terme. Toutes!

Gloria - Budget campagne de sociofinancement

Bouton_Contribuer_bkgd_transparent

D’autres façons de nous aider

Vous pouvez contribuer à la succès de la campagne en propageant notre lien Indiegogo :  envoyez-le à votre famille et à vos amis.es, partagez-le sur Facebook et Twitter. Faites partie de la réussite de Gloria!

Voici le lien à partager : https://www.indiegogo.com/projects/gloria/

MERCI BEAUCOUP de votre généreux soutien!

Si vous avez des suggestions ou des questions, on vous écoute! Contact : info@elixirmusiques.com

Merci !
Sylvain Picard

À propos du compositeur

Sylvain Picard, Montréalais d’adoption, est un compositeur guitariste très actif dans le milieu du jazz. Compositeur dans l’âme, ll écrit et réalise des musiques de documentaires avant même de recevoir son diplôme de jazz de l’Université Concordia.

À sa graduation en 2003, il fonde Pic et les blancs de mémoire, un octuor qui interprète ses arrangements braques de chansons québécoises en jazz.

En 2009, il décide de se concentrer sur le trio : guitare contrebasse batterie. Il compose donc Airs à faire frire une suite bringuebalante qui donnera le nom au premier album du trio Sylvain Picard.

Aujourd’hui, il en est à sa troisième campagne de sociofinancement. La première eut lieu en 2005 alors qu’il a amassé plus de 4000$ pour l’enregistrement de l’album le retour aux sources avec son groupe Pic et les blancs de mémoire (un groupe de huit musiciens qui joue ses arrangements jazz festifs de chansons québécoises. Ça swing la bacaisse!). L’album a récolté nombre d’éloges dont meilleur album de jazz de 2006 (par Denis Lapierre de Radio-Canada). En 2011, il a amassé plus de 11 000$ pour l’enregistrement d’Airs à faire frire, premier album du trio Sylvain Picard.

Démarche de composition

Ces compositions ont initialement été réalisé dans le cadre d’une commande d’une messe-jazz reçue de l’église du Gesù (Montréal) dont la première a eu lieu en juillet 2013. La tradition de la musique de messe remonte à très loin. Mozart, Bach, Stravinsky et tant d’autres en ont composé de superbes. Du côté du jazz, Duke Ellington a composé nombre de pièces de musique sacrée. En égard à ces standards de qualité, la composition d’une messe représentait un défi de taille pour moi. Donc, au lieu de crouler sous la pression de faire aussi bien ou mieux que ceux-ci, j’ai décidé de traduire musicalement mes émotions le plus fidèlement possible, en toute confiance, dans un esprit, non pas de compétition, mais de partage sincère et enjoué. Avec cette idée en tête, la musique s’est toujours imposée d’elle-même. L’émotion prime donc sur le style.

La musique

Lors de la composition, je voulais respecter l’esprit d’une communion afin d’accompagner les émotions des gens y prenant part, tout en étant fidèle à la structure historique de la messe. J’ai donc fait des recherches dans le but de déterminer le nom et le caractère de chacune des parties de la messe. Voici la structure en 10 parties que j’ai établi; chaque titre est suivi du caractère que j’ai voulu y donner.

  • Introït : l’humanité en marche; rencontre de l’autre; rassemblement festif.
  • Kyrie : la douleur secrète terrée sous la carapace.
  • Gloria : joie dans la nature, la nature de la joie; la vie qui palpite; ce qui élève l’âme; présence du divin en soi.
  • Psaume : le chant du peuple; l’intériorité.
  • Alleluia : c’est la fête; ciel bleu d’été qui éclate en tendresse.
  • Offertoire : très intérieur; du fond de soi-même pour aller rejoindre son essence.
  • Sanctus : soleil levant; échange de la paix; on découvre que nos yeux sont faits pour la lumière.
  • Agnus Dei : fragilité et espoir; coucher de soleil.
  • Action de grâce : très près de la parole; le jeu des amoureux.
  • Outroït : on part dans l’amour.

Les titres pour l’album

J’adore les titres et les images qu’ils peuvent conjurer. J’ai donc choisi de renommer les pièces en fonction de ce qu’elles évoquaient pour moi.

  • Suite souveraine : L’heure de pointe / recueillement / déambulation d’été (Introït)
  • Une blessure indicible (Kyrie)
  • Gloria
  • Le chant du peuple (Psaume)
  • L’envol (Alleluia)
  • Seul dans le doute (Offertoire)
  • Chemin faisant (Sanctus)
  • Contemplant les crevasses du temps (Agnus Dei)
  • Les chatouilles et le jeu (Action de grâce)
  • Mille plaisirs (Outroït)

En terminant

Dans cette période où tout va vite, il est bon de prendre du temps pour soi. Je crois que les musiques de Gloria peuvent accompagner le quotidien. C’est une musique qu’on a avantage à écouter attentivement, afin que ses richesses (celles de la musique et les nôtres) s’y révèlent. Comme lorsqu’on placote avec un.une ami.e.

Bouton_Contribuer_bkgd_transparent